Nice : Mario Balotelli ne fait pas encore le poids

Publié le , modifié le

Auteur·e : Xavier Richard
Mario Balotelli à l'attaque
Mario Balotelli à l'attaque | SYLVAIN THOMAS / AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

La Balotelli-dépendance se fait sentir à Nice. Entre absences et méforme, la star italienne fait défaut aux Aiglons qui iront sans lui à Toulouse ce soir.

Balotelli a du poids dans l’aile. Jugé hors de forme depuis plusieurs semaines par son entraîneur Patrick Vieira, l’attaquant italien doit repasser par la case préparation physique. Un choix fort pour les Aiglons dont les stats offensives sont très en deçà du minimum syndical pour une formation de ce niveau (troisième pire attaque de Ligue 1 avec 6 buts en huit matches, ndlr). Sans le moindre but à son tableau de chasse et revenu à l’entraînement avec quinze jours de retard cet été (il était suspendu trois matches en début de saison, ndlr), « Balo » bénéficie de la mansuétude de son coach. « Je n'ai aucun doute sur son envie de retrouver son meilleur niveau », assure Vieira qui était le premier à le défendre après les critiques de la presse transalpine après la piètre prestation de l'Italie devant la Pologne (1-1). « C'est le coupable idéal. Mais le problème est plus global », assurait Vieira. Les deux hommes se sont connus à l’Inter. Vieira a toujours eu de l’affection pour le gamin de 17 ans qui essayait de se faire une place au forceps chez les Nerazzurri. Sollicité sur Balotelli en 2010 par Manchester City, il avait donné un avis favorable à son recrutement.

0,66 buts par match avec Nice

Cette relation de proximité permet à Vieira de demander plus de choses à son attaquant. « Super Mario » serait beaucoup plus ponctuel qu'auparavant, selon des proches du groupe, alors que les rendez-vous sont très matinaux pour les petits déjeuners en commun au club. Quant à le voir empêcher les premières relances plutôt que jouer les marcheurs dans le rond central, ce serait la prochaine étape. D’autant que ses partenaires s’agacent de son manque d’implication. « Il n'y a pas de cassure. Mario est toujours le même dans le vestiaire », plaide Pierre Lees-Melou. Reste qu’un Balotelli efficace changerait beaucoup de choses pour les Niçois. La saison dernière, il avait commencé par cinq buts en cinq matches et depuis 26 mois, il affiche un joli ratio de 0,66 buts par matches (43 buts en 66 matches toutes compétitions confondues). On comprend mieux pourquoi sa cote de popularité reste intacte sur la Côte d’Azur. S’il revenait en forme pour battre le rival marseillais dans quinze jours, les Niçois ne seraient pas loin de lui faire une statue…