lyon nice
Alassane Plea (Nice) et Henri Bédimo (Lyon) au duel aérien | PHILIPPE DESMAZES / AFP

Nice manque une belle occasion à Lyon

Publié le , modifié le

Lyon, en infériorté numérique une grande partie du match, a réussi à trouver des ressources pour empêcher Nice de repartir du Parc OL avec une victoire (1-1). Malgré l'ouverture du score de Germain en première période (18e), les Niçois ne sont pas parvenus à maintenir leur emprise sur le match. Les Lyonnais sont revenus à la 82e par l'intermédiaire de Lacazette. Lyon garde deux points d'avance sur Nice dans la course à la deuxième place.

Au moment d’entrer dans le bus qui les ramènera de Lyon vers la Côte d’Azur, les Niçois nourriront sans doute des regrets. Avant la rencontre, ils auraient sans doute pris ce match nul (1-1) chez le deuxième du classement comme un bon résultat. Mais, devant rapidement grâce à Valère Germain (18e) et en supériorité numérique dès la 24e minute, les Niçois doivent se dire qu’ils ont raté l’occasion du siècle. Celle de prendre un point d’avance sur les Lyonnais dans le sprint final, avec un calendrier abordable pour finir la saison. Les Niçois n’ont pas profité de leur avantage, concédant l’égalisation à la 82e sur un coup franc de Valbuena repris par Lacazette.

Une première période sous tension

Le match aurait pu être joué en première période. Un premier acte particulièrement tendu. Les Niçois ont joué leur jeu, intensité, justesse technique et pressing étouffant. Ils ont rapidement amené le danger, via les ailes, sur la surface de l’OL. Dès la 18e minute, Valère Germain élimine toute la défense lyonnaise d’un simple appel croisé. Seul, il n’avait plus qu’à reprendre un centre de Plea pour battre Lopes et ouvrir le score. Nice a vu le sort lui sourire quelques minutes plus tard, à la 24e. Maxwell Cornet, l’ailier lyonnais, est expulsé pour un tacle non-maîtrisé sur le gardien niçois Yoan Cardinale. Les tensions se sont alors multipliées entre les Lyonnais et les Niçois, et au sein même des deux équipes. Les Niçois Paul Baysse et Jean Michaël Seri ont manqué d’en venir aux mains, sans que l’on comprenne vraiment pourquoi. Sergi Darder, le milieu de terrain lyonnais, manifestait fortement son mécontentement au moment de céder sa place à Mathieu Valbuena (35e). Le rythme du match en a souffert, les actions intéressantes se faisant plus rares. 

Lyon, le sous-nombre fait la force

En seconde période, les Niçois ont progressivement perdu leur influence sur le match en dépit de leur supériorité numérique. Ils ont l’occasion de tuer le match mais Plea (54e) a buté sur Lopes avant que la frappe de Seri ne soit repoussée sur sa ligne par Yanga-Mbiwa (56e). Lyon a alors pris les choses en main, multipliant les incursions vers la surface azuréenne. L’interruption du jeu une dizaine de minutes, à cause d’un raz-de-marée de papier venus des tribunes, aurait pu briser leur élan, ce fut tout le contraire. Les Lyonnais sont revenus encore plus fort, sans doute inspirés par la fougue et l’énergie du service de nettoyage. Nice a concédé plusieurs fautes à l’entrée de sa surface. Celle de trop a eu lieu à la 82e. Mathieu Valbuena, parfaitement placé plein axe, a envoyé sa tentative sur la barre. Alexandre Lacazette, attentif, a profité du rebond pour inscrire son 7e but en 7 matchs. L’OL aurait même pu réaliser le coup parfait dans les huit minutes de temps additionnel sans une parade de Cardinale devant une tête de Lacazette (91e).