Ligue 1 Toulouse Troyes 052016
Les joueurs Toulousains vont peut-être réussir à sauver leur peau cette saison ! | Maxppp - Michel Viala

Nice au pied du podium, Toulouse sort de la zone rouge

Publié le , modifié le

Si de son côté Lyon a fait exploser en vol Monaco (6-1) et s'est pratiquement assuré une place en Ligue des champions, samedi, lors de la 37e journée de Ligue 1, Nice et Toulouse ont également réussi de belles opérations à une journée de la fin du championnat.

Nice, 4e à deux points de Monaco, est ainsi en embuscade pour lui chiper sa place sur le podium après avoir eu in extremis la peau de Saint-Etienne à l'Allianz Riviera (2-0). Les Verts (5e) ont terminé la partie à neuf à Nice où Valère Germain, auteur d'un doublé, a maintenu intactes les rêves de C1, volant la vedette à Hatem Ben Arfa. 

Pour les Stéphanois, la Ligue des champions est une illusion perdue mais la qualification pour l'Europa League reste dans leurs cordes, la 6e place, occupée par Lille, tenu en échec à domicile par Guingamp (0-0), pouvant donner accès à la C3 en cas de succès du PSG en finale de la Coupe de France, le 21 mai face à Marseille.

Toulouse replacé mais pas sauvé

En bas de tableau, rien n'est encore joué et la dernière journée s'annonce dramatique. A Toulouse, Pascal Dupraz, arrivé en mars au chevet d'un club moribond, est en passe de réussir son pari fou. La victoire contre Troyes (1-0), déjà condamné, conjuguée aux revers de Reims à Marseille (1-0, 1er succès au Vélodrome depuis le 13 septembre) et d'Ajaccio contre le PSG (4-0, triplé d'Edinson Cavani, 35e but de Zlatan Ibrahimovic), propulse le Téfécé en dehors de la zone de relégation (17e), à égalité de points avec les Corses (18e).

La semaine prochaine, les nerfs seront mis à rude épreuve, Toulouse se rendant à Angers alors qu'Ajaccio se déplacera à Lorient et que Reims aura la lourde tâche d'accueillir Lyon.

Réactions:

Pascal Dupraz (entraîneur de Toulouse): " Je suis extrêmement fier de mon équipe. On a été en difficulté en première période, car beaucoup ont voulu mettre leur costume de Zorro pour être le héros du soir, oubliant de faire preuve d'altruisme. On a manqué de simplicité. Troyes a fait honneur à la L1 et nous a donné du fil à retordre. Vous allez tous écrire que mon coaching était bon, mais je n'y suis absolument pour rien car si Trejo était rentré sur le terrain en faisant la gueule je serai encore passé pour un con. On le doit aux joueurs si nous sommes sortis de la zone rouge".

David Guion (entraîneur de Reims): "On y croit encore, la lumière est toujours allumée. Il va nous falloir chercher la victoire lors de la dernière journée. On est tous professionnel, on se croise toutes les semaines, on l'a vu encore ce soir tout le monde joue le jeu, on a confiance. On a tous conscience que samedi ce match peut sauver notre saison. Notre gardien a beaucoup d'expérience, mais une erreur individuelle peut arriver à un grand professionnel. On a vu que les garçons et le staff l'ont tout de suite encouragé. Ce soir on a posé pas mal de soucis à l'Olympique de Marseille, on a les premières occasions, j'ai le regret de ne pas avoir marqué, avec un peu plus de détermination et de relâchement on aurait pu ouvrir la marque et revenir au moins avec le point du nul. L'OM? On sentait qu'ils voulaient finir l'année devant leur public avec une victoire, lors de la dernière demi-heure ils étaient toujours en train de gérer le temps."

Frédéric Antonetti (entraîneur de Lille): "On peut avoir des regrets. On a mis beaucoup de coeur et de volonté, mais on est tombée sur une équipe ultra défensive. On n'a pas réussi à trouver la bonne solution. Il manquait un peu de justesse et de subtilité parfois, mais on essayé. On a fait preuve d'impatience, parfois on s'est précipité, mais je n'ai pas grand chose à reprocher à mes joueurs. On a assuré la sixième place, on essaiera d'avoir la cinquième. C'est toujours agréable de jouer la 38e journée avec de l'enjeu. Mais il ne faut pas oublier d'où on vient. On était encore 15e mi-mars, donc, ce qu'ont fait les gars est superbe, ça ne serait que justice qu'ils décrochent une place européenne."