Nantes veut se ressourcer à Evian

Nantes veut se ressourcer à Evian

Publié le , modifié le

En difficulté depuis plusieurs semaines, le FC Nantes aimerait retrouver un peu le sourire à l'occasion de son déplacement sur le terrain d'Evian-Thonon-Gaillard, pour le match d'ouverture de la 27e journée de Ligue 1.

Après la claque reçue dimanche face à Rennes (0-3), les hommes de Michel Der Zakarian aimeraient démontrer à leur entraîneur qu'ils ne sont ni "nuls", ni "bidons". Très remonté ce week-end, Der Zakarian est bien décidé à bousculer ses joueurs car le FCNA ne pointe plus qu'à la 14e place. Et même si les neuf points qui séparent les Canaris du premier relégable (Valenciennes) semblent assez conséquents, les six derniers matches sans victoire (quatre revers et deux nuls) ne sont pas faits pour rassurer les Nantais.

"Il faut qu'on retrouve ce qui faisait notre force en début de saison: on  récupérait très bien le ballon et après on arrivait à poser des problèmes à l'adversaire, expliquait le coach nantais, ce jeudi. Il faut qu'on retrouve ces vertus-là à travers la communication  entre joueurs et la bonne agressivité dans le geste défensif".

Evian sans victoire depuis 10 matches

De son côté, Evian se trouve en bien plus mauvaise posture et saura tirer partie d'une mauvaise passe de son adversaire. Première non-relégable (avec seulement deux points d'avance), l'équipe savoyarde affiche un bilan catastrophique de cinq défaites et cinq lors de ses dix derniers matches de championnat. Il faut remonter au 4 décembre dernier, pour trouver trace d'une victoire des Haut-Savoyards, celle face au PSG (2-0)…

Pour Clarck Nsikulu, ce match s'annonce "tout sauf facile". "Ce sera à nous d’aller chercher la victoire, et on va tout donner pour y arriver. Nantes fait malgré tout un très beau parcours en championnat, car il ne faut pas oublier que c’est un promu. D’ailleurs, nous avons encore en travers de la gorge la défaite du match aller (3-0, ndlr). C’est une équipe qui pratique un beau football", a ajouté le jeune attaquant d'Evian.

Romain Bonte