Guillaume Gillet FC Nantes
Guillaume Gillet (FC Nantes) | JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP

Nantes: "le top 10, un minimum syndical" pour Gillet

Publié le , modifié le

Débarqué en janvier, l'international Belge Guillaume Gillet est vite devenu incontournable dans l'entre-jeu du FC Nantes, estimant qu'une place dans le top 10 est "le minimum syndical", sous la houlette du nouvel entraîneur, René Girard.

La mauvaise fin de saison dernière, alors que Nantes pouvait rêver d'Europe, a-t-elle laissé un goût amer ?
Guillaume Gillet : "Oui. Quand je suis arrivé, en janvier, le club naviguait dans les eaux troubles. Nous avons réalisé une super série qui nous a projetés jusqu'à la cinquième place. Je me souviens même d'un match contre Monaco à la Beaujoire qui pouvait nous permettre de passer seul troisième, fin février. On parlait alors d'Europe. J'ai assez d'expérience pour savoir que nous en étions loin mais de là à m'imaginer que nous allions terminer 14e et subir autant de défaites par la suite, je ne m'y attendais pas. J'étais donc un peu énervé en fin de saison".

On vous a prêté des envies d'ailleurs cet été. Pensez-vous que le club manque d'ambition ?
G.G: "Je n'ai pas du tout la prétention de dire que je suis trop bon pour évoluer à Nantes ! Loin de là. Je suis un joueur de devoir, apprécié partout où il passe car je donne tout ce que j'ai dans le ventre. Je n'ai pas envie de passer pour quelqu'un qui se surestime, mais bien sûr, j'aurais rêvé de signer dans un top club, que ce soit en France ou dans un autre championnat. Si la proposition ne vient pas, il ne faut pas forcer les choses. Je pense que c'est surtout mon âge qui joue contre moi (32 ans). Pourtant les jambes sont encore bonnes, la tête également... Si un club du top 3 veut me téléphoner, il reste encore un mois mais je pense que le président ne sera pas content (sourire)".

Comme l'an dernier, les ambitions de Nantes semblent contrariées par une efficacité offensive très limitée...
G.G: "On parle d'efficacité offensive, mais ce ne sont pas uniquement les attaquants qui doivent être visés. Je rappelle que l'an dernier, Nantes n'a pas marqué un seul but sur corner ou coup franc, hormis en coupe à Bordeaux ! Quand tu sais qu'aujourd'hui le foot se joue, pour ainsi dire, à 50 % sur des coups de pied arrêtés ! Je vois cette équipe un peu plus forte, plus homogène que l'an dernier. Reste la question de l'attaquant de pointe. Je pense que le top 10 doit être le minimum syndical. Nouveau staff, nouvelle dynamique... je pense que nous serons dans ces eaux-là".

AFP