Rebé Girard
René Girard alors qu'il était entraîneur de Lille. | DENIS CHARLET / AFP

Nantes : Girard veut "pérenniser le club dans le top 10"

Publié le , modifié le

René Girard a de l'ambition. Celui qui prendra la place de Michel Der Zakarian la saison prochaine sur le banc du FC Nantes, compte faire passer un palier au club tout en restant prudent : "On va se mettre au boulot pour avancer, pérenniser le club dans le top 10", a-t-il simplement répondu aux questions insistantes des journalistes sur ses objectifs. De retour dans l'élite depuis la saison 2013-2014, les Canaris ont toujours terminé en deuxième partie de tableau et il faut remonter jusqu'en 2004 pour les retrouver dans le top 10.

Ce n'est pas la première fois que Nantes annonce viser une place dans les dix premiers. En début de saison dernière, c'était déjà la marque fixée par le président Waldemar Kita au prédécesseur de René Girard. Malheureusement, le FCN a fini à un très médiocre 14e rang, sensiblement le même que lors des deux autres saisons en Ligue 1 depuis sa remontée dans l'élite.

Au chômage depuis un an et la fin de sa collaboration avec Lille, Girard a "pu regarder le championnat avec un oeil extérieur. Il y a 2-3 équipes très costaudes financièrement. Et un 2e peloton. J'espère que nous allons faire partie de ce deuxième peloton derrière les trois gros, ce serait l'idéal". Approché par d'autres équipes, il a opté pour Nantes car "c'est le club qui m'a paru le plus proche de ce que j'attends."

Les supporters mobilisés

Il lui faudra toutefois sans doute reconstruire un groupe qui risque d'être considérablement remanié pendant le mercato. "Ici je sais qu'il y a de bons jeunes. Quelques-uns jouent, ont montré leur potentiel, on va s'appuyer là-dessus. Il serait dommage d'aller chercher des joueurs pour des joueurs", a-t-il simplement répondu à une question sur ses axes de recrutement. Girard devra aussi rapidement convaincre le difficile public nantais, dont une frange encore nostalgique de la fameuse époque des José Arribas, Coco Suaudeau ou Reynald Denoueix, lui est hostile, au point d'avoir lancé sur Twitter le mot de ralliement #TousSaufGirard avant sa nomination.

Une animosité à laquelle le président du club à tenu à répondre lui-même en début de conférence de presse : "Messieurs, on lui doit le respect. C'est un monsieur, avec un passé de footballeur hors du commun". "La vérité est sur le terrain. Je n'ai aucune arrière-pensée. Je suis très heureux d'arriver ici", a, quant à lui, répondu le technicien.

AFP