Nantes - Rennes
Paul-Georges Ntep, premier buteur rennais à Nantes | AFP - FRANK PERRY

Nantes cueilli par les Rennais (3-0)

Publié le , modifié le

Le derby breton entre Nantes et Rennes a tournée en faveur des visiteurs, vainqueurs à La Beaujoire (3-0), lors de la 26e journée de Ligue 1. Vaincus à domicile lors du match aller (3-1), les Rennais ont donc pris leur revanche et en profitent pour s'éloigner de la zone de relégation. Cerise sur le gâteau, les hommes de Philippe Montanier passent devant leurs vaincus, au bénéfice d'une meilleure différence de buts.

Depuis le 15 janvier, Nantes n'a plus gagné le moindre match. Le derby breton n'a pas changé cette tendance lourde, qui maintient le club dans le ventre mou du championnat. Pourtant, jusque-là, les derbys bretons avaient plutôt souri aux Canaris: deux victoires sur Lorient, une à Rennes, et une défaite à Guingamp. Mais ce match retour face au Stade Rennais a échappé aux hommes de Michel Der Zakarian. 

Ce match avait pourtant une grande importance. Pour les supporteurs des deux équipes, après les événements du match aller qui avait valu 10 000 euros d'amende aux Rennais et la mise en sommeil d'un groupe de fans rennais. Pour l'équipe de Nantes, qui pouvait repasser dans la première moitié du classement. Pour la formation de Rennes, qui pouvait s'éloigner de la zone de relégation. Dès la 16e minute, les joueurs de Philippe Montanier ont pris le dessus, avec l'ouverture du score de Paul-Georges Ntep, d'une belle frappe dans un angle très fermé. Malgré une intense pression nantaises sur le but adverse en début de deuxième période, les Rennais se mettaient à l'abri d'un retour en doublant la mise d'une frappe limpide du gauche de Konradsen (63e), bien seul à 18m dans l'axe du but des Canaris. Et en fin de match, sur un contre, c'est Ola Toivonen qui s'en allait battre Riou d'une belle pichenette (90e).

La victoire était encore plus belle pour les Rennais, notamment vis-à-vis de Lucas Deaux, qui avait dit au match aller être content d'avoir marqué contre les "galettes-saucisses". Benoït Costil, le portier rennais, ne s'en cachait pas: "Ce n'est même pas ça... J'ai lu une petite déclaration d'un joueur qui  avait parlé sur notre capitaine, notre joueur emblématique (Danzé), et qui  l'avait mis minable sur les réseaux sociaux. Cela fait vite le tour. Je n'ai  pas Twitter mais des amis à moi l'ont fait". Et d'autres montraient leur satisfaction: "Peut-être qu'il manque un peu d'expérience, on a toujours le retour du  bâton à un moment donné, ce sont des jeunes joueurs qui découvrent la Ligue 1",  a réagi pour sa part Danzé, sans vouloir citer Deaux. "J'espère que cela leur servira de leçon. J'ai des amis dans cette équipe  qui ont été super 'clean', je pense à mon ami Rémy Riou (gardien de Nantes), je  connais bien le président (Waldemar) Kita, Rémy Gomis (milieu de Nantes), ce  sont des gens géniaux, j'ai beaucoup d'affection pour eux. Mais je crois que  des trucs ont été trop loin. Et voilà, 3-0...", a conclu Costil.

Grâce à ces trois buts, Rennes se venge non seulement de la défaite à domicile à l'aller, mais en profite en plus pour dépasser les Nantais et s'emparer de la 13e place de la L1. Lorient 12e, Rennes 13e, Nantes 14 et Guingamp 16e, les clubs bretons la jouent groupés. Battu à Paris, Sochaux, à domicile contre Lyon et maintenant Rennes, et deux nuls contre Reims et à Nice, Nantes fait du sur-place.