Benjamin Moukandjo
Benjamin Moukandjo | AFP

Nancy au pied d'un grand mur

Publié le , modifié le

Lanterne rouge du championnat, Nancy va se frotter au nouveau leader du classement, le Paris Saint-Germain ce samedi. Cette 10e journée de Ligue 1 mettra également aux prises Toulouse à à Brest, pendant que Lille aimerait se relancer lors d'un derby du Nord qui l'oppose à Valenciennes. En bas de tableau, Sochaux accueille Evian, deux équipes qui luttent déjà pour leur survie dans l'élite.

Deux joueurs suspendus (Bakar et Zenke), deux autres à l'infirmerie (Muratori et Dampha) et un autre tout juste remis d'une blessure (Sami)... C'est dans cette situation que l'ASNL accueille le leader parisien et sa ribambelle de stars internationales. Même si Carlo Ancelotti devra vraisemblablement se passer des services de Motta, la présence d'Ibrahimovic qui n'est toujours pas fatigué selon son entraîneur, est plus que probable. A lui seul, l'attaquant suédois a de quoi inquiéter une défense aux aboies depuis le début de saison. Et avec seulement trois buts inscrits en neuf rencontres, on voit mal comment les Lorrains pourraient inquiéter Sirigu et ses défenseurs. Mais en matière de football, il arrive régulièrement que la logique ne soit pas respectée. Jean Fernandez qui a à son actif quatre victoires d'affilée face au PSG dont deux l'an passé avec Nancy (les deux premières fois avec Auxerre), aimerait bien une fois de plus déjouer les plans parisiens.

Auteur d'un nul face à Sochaux (1-1), Nancy a toutefois marqué son premier point en L1 depuis le 17 août dernier... "On a un effectif restreint et on aura des difficultés pour montrer un bon effectif devant Paris", reconnaît Fernandez. "Ce n'est pas une surprise de les voir en tête (...). On sait qu'ils sont leaders, c'est le match des extrêmes, mais en football tout est possible. On a l'espoir de rivaliser au niveau du jeu", a indiqué le tacticien lorrain. "Ce sera difficile, ils n'ont pas beaucoup de failles. Ce qui leur manque un peu, c'est le jeu spectaculaire, mais dans le temps, ils seront à la fois spectaculaires et efficaces", a expliqué Fernandez. Vainqueur 2-0 du Dinamo Zagreb en Ligue des Champions, le PSG devra néanmoins tenir compte du huitième de finale de Coupe de la Ligue qui se profile mercredi, face à l'OM.

Sochaux et Evian jouent déjà leur avenir

En attendant la rencontre déterminante de dimanche entre Marseille et Lyon, Toulouse accueillera Brest. A seulement quatre longueurs du leader parisien, le Téfécé qui n'a enregistré qu'une défaite cette saison, peut rester au contact du peloton de tête. Un succès face aux Bretons pourrait même permettre aux Toulousains de prendre provisoirement la deuxième place. Alain Casanova a bien conscience que Brest est la plus mauvaise équipe à l'extérieur, mais il se rappelle aussi que ses joueurs restent sur trois matches nuls à domicile. Même si le 4-0 infligé à Evian doit donner confiance à sa formation, le tacticien préfère la jouer pragmatique, estimant que Toulouse "affronte pourtant une équipe de Brest qui a donné du fil à retordre à Lyon, en concédant très peu d'occasions." "C'est une équipe avec un profil qui pose toujours problème à l'équipe qui joue à domicile", assure-t-il.

Cette 10e journée sera également l'occasion d'y voir un peu plus clair en bas de tableau. Avec huit équipes se tenant en cinq points, le faux pas de l'une d'entre elles entraînera des conséquences sur le classement de l'autre. A ce petit jeu, le duel opposant Sochaux (18e) à Evian (17e) s'annonce d'autant plus crucial. Troyes, se rend sur le terrain d'une équipe de Reims toujours aussi ambitieuse malgré sa courte défaite face au PSG (1-0). Egalement menacés par la zone rouge, Montpellier et Nice aimeraient se donner un peu d'air. Enfin, le derby du Nord sera l'occasion pour Lille de relancer sa bien terne saison face à une formation de Valenciennes qui tient toujours la dragée haute aux cadors.

Romain Bonte