Nabil Fekir, un joli doublé et un geste puéril

Nabil Fekir, un joli doublé et un geste puéril

Publié le , modifié le

Nabil Fekir a soufflé le chaud et le froid lors du derby remporté par l’Olympique Lyonnais face à l’AS Saint-Etienne sur le large score de 5-0, dimanche soir. Auteur d’un doublé, l’international français a inutilement provoqué les supporteurs stéphanois, d'un geste qu'il dit ne pas regretter. Plusieurs dizaines de supporteurs ont envahi le terrain et le match a été interrompu à cinq minutes de la fin, avant de reprendre... sans le capitaine lyonnais.

Très en verve depuis le début de saison, Nabil Fekir vient d’être logiquement rappelé en équipe de France. Dans un derby toujours aussi houleux, il était évidemment attendu alors que les fumigènes des Stéphanois ont rapidement donné le ton. Conscients que le N.18 lyonnais représentait l’une des plus grosses menaces, les Verts l’ont tenu particulièrement à l’œil, parfois de manière un peu trop virulente. Bousculé tout au long de la rencontre, légèrement blessé à l’épaule en première période, le buteur de 24 ans a, il est vrai, été victime d’un tacle très dangereux de Lacroix peu après la pause. Ce dernier a d’ailleurs été expulsé aussitôt par l’arbitre Clément Turpin.

Resté malgré tout sur le terrain, Fekir a de nouveau subi les provocations physiques de ses adversaires à l’image de Bamba qui tentait de le retenir avec ses bras. Auteur du deuxième but lyonnais (25e) sur une belle frappe du gauche, l’attaquant lyonnais allait inscrire également le cinquième but à cinq minutes de la fin, en ajustant Ruffier. A ce moment, le capitaine de l’OL commence par enlever son brassard, enlève son maillot et le montre de manière provocante aux supporteurs de l’ASSE. Ce geste aussi inutile que puéril, à un moment où son équipe était en train de signer sa plus large victoire dans le Chaudron, a malheureusement poussé certains énergumènes à envahir le terrain. Le match était suspendu, les joueurs rentraient aux vestiaires.

Plus dérangeant encore, quelques joueurs lyonnais riaient de la situation, ce qui n’était pas vraiment le cas de Bruno Genesio. Bien plus lucide et respectueux de ses adversaires que certains de ses joueurs, le coach lyonnais estimait que cette large victoire aurait suffi, que ce geste était « inutile et gâchait la fête ». Après de longues minutes d’attente, la partie reprenait, sans Fekir, à la fois préservé et sanctionné en raison de son attitude. « C’est peut-être pas un geste à faire, surtout à 5-0. Il n’y avait pas de méchanceté. (…) Je ne regrette pas le geste », a déclaré au micro de Canal +, le joueur lyonnais qui aura, on l'espère, appris à se montrer plus humble dans la victoire.

Romain Bonte