Montpellier en quête de confirmation

Publié le , modifié le

Il a été la surprise de l’an passé. Montpellier a réalisé une saison pleine et décroché son ticket pour une compétition européenne. Les Héraultais auront à cœur de prouver que leurs bons résultats ne doivent rien à la chance du promu, même si rééditer une telle performance confinerait à l’exploit. Auxerre et Lille, eux, devront trouver le bon roulement entre championnat et Europe.

Ils ont bien grandi. Et ont changé de statut. Les petits Montpelliérains ont pris de l'importance. Sortis fraîchement de Ligue 2 l’an passé et venus jouer les premiers rôles parmi les clubs de l’élite,  ils seront nettement plus attendus cette saison. Après leur incroyable parcours, les Sudistes devront confirmer leurs bonnes performances pour ne pas entendre des « On s’en doutait… » ou « Ce n’était qu’un coup de chance ». Auxerre tentera de garder la clé de la réussite sur le contact. Quant au Losc, plus habitué à fréquenter les belles places au classement, il devra franchir une étape dans sa progression. L’objectif ? Rester compétitif en championnat malgré la longue saison qui l’attend avec les rencontres européennes. Briller est une chose. Garder de son éclat en est une autre. Confirmer, voilà donc le mot d’ordre. Le plus dur reste à faire…

Montpellier, à l’aube des grands défis

De l’ascendeur de la Ligue 2, Montpellier l’a emprunté pour monter d’un étage et squatter le haut du classement en Ligue 1. Après avoir espéré un long moment décrocher le titre de champion de France (ce qui aurait été énorme pour un promu !), les hommes de René Girard se sont essoufflés en bout de course pour terminer tout de même à une très honorable 5e place, devant les ex-champions bordelais, obtenant ainsi le dernier ticket pour disputer les barrages de l’Europa league. Grands par le talent mais petits par le budget, les Montpelliérains vivront une saison toute différente de celle de l’an dernier. En championnat, leurs adversaires redoubleront de vigilance car Montpellier a quitté son costume de promu pour enfiler celui du trouble-fête. Il y a l’Europe, aussi. Une double confrontation d’Europa League ce jeudi et le 5 août attend les Héraultais contre la formation hongroise de Györ. Montpellier n’a donc pas le droit à l’erreur, d’autant plus que René Girard devra trouver la solution sur le terrain pour pallier les départs d’Alberto Costa (FC Valence) et Victor Hugo Montano (Rennes), deux joueurs qui composaient la force offensive majeure de l’équipe. « La saison sera peut-être plus difficile », a déclaré Girard. C’est le revers de la médaille pour une équipe qui a prouvé ses qualités, dira-t-on.

Auxerre veut continuer sur sa lancée

Il fallait remonter à la génération des Cissé et Mexes pour voir l’AJA se positionner dans le groupe de tête de la Ligue 1. Aujourd’hui, ce n’est plus la peine d’activer la machine à remonter le temps si loin dans le passé. La saison passé à été celle d’Auxerre. En toute discrétion, le club bourguignon a enchaîné les victoires jusqu’à se hisser, à l’issue de la 38e journée, sur la plus petite place du podium. Les protégés de Jean Fernandez disputeront le tour préliminaire de la Ligue des Champions, en août, en même temps qu’il faudra s’accaparer des premiers points en championnat. Mais l’entraîneur auxerrois se veut prudent : « Avec une lourde compétition en plus, ça ne va pas être difficile sur le plan physique : ce sera très, très difficile ! ». D’autant plus qu’Auxerre, comme Montpellier, a perdu son buteur providentiel, Daniel Niculae, parti exercer ses talents du côté de Monaco. Anthony Le Tallec a débarqué en Bourgogne en signe de renfort. Fernandez attend encore une recrue pour animer son côté gauche, lui qui a déclaré : « On ne refera pas une saison à 71 points. C’était vraiment exceptionnel. On avait la réussite ». Pour l’AJA, l’exercice qui s’annonce risque d’être plus ardu.

Lille, gare à ne pas perdre le Nord !

Finissant à la 4e place l’an dernier, le Losc a mené une saison à son image : entre rigueur et prises de risque. Solide en défense, la formation de Rudi Garcia a fait la part belle au jeu rapide pour mener des actions tambour battantes, concluées bien souvent par le coup de patte de Gervinho. Avec les échéances à venir (championnats et début de l’Europa League), le club nordiste devra rester compétitif sur les deux tableaux, ce que Lille n’a pas réussi à faire ces dernières saisons. Pour tenter de prolonger l’aventure européenne plus loin que les phases de poule et, surtout, ne pas perdre en championnat, Michel Seydoux, le président des Dogues, souhaite conserver son effectif. Mais ses joueurs de talents sont courtisés de toute part. Adil Rami, qui tient d’une main de maître la défense, pourrait signer à Lyon, alors que l’Ivoirien Gervinho n’a pas laissé insensible le Spartak Moscou, qui aurait proposé près de 20 millions d’euros pour arracher la perle africaine du Losc. Eden Hazard, en revanche, est sûr de rester dans le Nord. L’occasion pour le jeune milieu de terrain d’exacerber son influence sur le jeu lillois.

Par Rayan Ouamara