Belhanda, Giroud Cros Montpellier Sochaux 2012
Belhanda marque pour Montpellier devant son coéquipier Giroud et Cros (Sochaux). | PASCAL GUYOT / AFP

Montpellier en impose

Publié le , modifié le

En s'imposant (2-1) contre Sochaux, les Montpellierains ont mis la pression sur le PSG à la veille du match contre l'OM. Les Héraultais sont seuls leaders, et possèdent désormais 7 points d'avance sur le 3e, Lille, surpris à Brest (3-1). Lyon revient à 3pts de Lille après sa victoire sur l'AJA (2-1) avec 2 penalties de Lisandro. Surpris à Valenciennes (2-0), Toulouse est repris par Rennes, vainqueur à Evian-Thonon (3-1) grâce à 2 buts dans les ultimes minutes.

Le fait marquant: Lille craque

Après une série de trois victoires consécutives, alliée aux faux-pas de Paris, Lille avait retrouvé l'espoir de titre. Et pour le retour de Nolan Roux chez ses coéquipiers brestois, Rudi Garcia espérait bien que la bonen passe se poursuivrait. Mais en dix minutes, ces rêves de gloire ont été réduits à néant. Un tir de Daf pour lober Landreau (5e), un penalty transformé de justesse par Grougi malgré le bon plongeon de Landreau suite à une main de Béria (10e), et voilà les hommes d'Alex Dupont avec deux buts d'avance. Et si Payet, d'un intérieur du pied droit enroulé au premier poteau, réduisait la marque (26e), le LOSC laissait s'envoler le match et ses espoirs après un décalage de Grougi pour Alphonse dont l'intérieur enroulé du droit était accompagné par le poteau au fond des filets (52e). Le Stade Brestois s'offre un bol d'air frais pour le maintien, alors que les Nordistes se remettent sous pression pour la Ligue des Champions. Et ils ont perdu leur attaquant De Melo, expulsé après son deuxième avertissement (69e).

Le match: Montpellier - Sochaux

Pour son deuxième match consécutif à domicile, Montpellier visait un deuxième succès de suite, face aux relégables sochaliens, auteurs de trois victoires et un nul lors des cinq derniers matches. A la Mosson, le choc des extrêmes a offert un match très enlevé, dynamité par l'ouverture du score de Belhanda (4e), en embuscade après le duel perdu de Giroud face à Cros. Le Marocain a réalisé d'ailleurs un festival. Les hommes d'Eric Hely égalisaient par l'un des très beaux buts de la soirée, oeuvre de Maïga. Sur un centre de Sauget, le Malien contrôlait le ballon de la poitrine, dos au but, et adressait une volée du gauche en se retournant qui battait Jourdren (28e). Avec un Cros des grands soirs, Sochaux tenait jusqu'à un tir d'Utaka repoussé par le gardien, et que Camara reprenait dans le but vide (55e) pour le but vainqueur. Celui qui offre trois points supplémentaire aux Montpelliérains à la veille de PSG-Marseille. Avec le revers de Lille, c'est une très bonne affaire pour le MHSC.

La bonne habitude: Lisandro contre Auxerre

Au match aller, Lisandro Lopez avait réalisé son premier et seul doublé de la saison en Ligue 1. Quatre mois après, il a remis cela, faisant cette fois la différence sur deux penalties, à chaque fois pour des fautes auxerroises sur lui-même. D'abord Sorin (29e) puis Boly (71e), et l'OL engrange trois points qui ramènent l'équipe à trois longueurs de Lille. Et c'est le 3e but en deux matches de l'Argentin.

Le retour: Rennes

Après deux matches sans victoire, Frédéric Antonetti, qui a perdu son père cette semaine, a bien cru que son équipe ne l'aiderait pas à retrouver un tout petit sourire. Son ancien joueur, Jérôme Leroy, s'est en effet chargé d'ouvrir le score en enchaînant contrôle de la poitrine et petit lob du droit, qu'Apam touchait, contribuant à tromper Costil (34e). Comme à son habitude, le milieu de terrain faisait dans le beau. Mais un but de Hadji au retour des vestiaires (47e), et surtout une fin de match de folie lui donnaient la victoire. Un slalom et un but de Pitroipa qu'Angoula accompagnait dans les buts (88e), puis un contre, une accélération et un petit pointu d'Erding (90e+2), voilà comment les Bretons se relancent vers l'Europe.

Le contre-temps: Ajaccio

Des grêlons, des orages, et une coupure d'électricité, le stade François-Coty a vécu une soirée agitée lors de la venue de saint-Etienne. A la mi-temps du match, les intempéries ont sévi dans le ciel corse, ne laissant les lumières que dans les vestiaires, et retardant le coup d'envoi de la deuxième période. Les deux équipes étaient alors à égalité (0-0), et si Sinama-Pongolle a bien cru donner trois points précieux aux Stéphanois à la 72e minute, Medjani s'est chargé de remettre les pendules à l'heure (78e) pour un nul qui n'arrange pas les visiteurs, toujours en course pour l'Europe.

Le joueur: Omar Daf

En onze saisons passées en Ligue 1, à Sochaux et désormais à Brest, Omar Daf n'avait jamais marqué le moindre but. Le latéral gauche sénégalais a mis fin à ce long silence, devant son public breton, et devant une pointure: Mickaël Landreau. Il n'a pas perdu de temps puisqu'à la 5e minute du match entre Brest et Lille, le défenseur récupérait le ballon aux 30m, et tentait sa chance. Avancé, l'ancien gardien international était lobé pour une ouverture du score précoce.

Le doublé: Bakaye Traoré

Dans cette soirée de très beaux buts (Maïga à Sochaux, Leroy à Evian, Payet à Lille et Alphonse à Brest), Bakaye Traoré a lui-aussi illuminé les stade Gaston-Gérard. D'une frappe limpide des 25m, il a ouvert le score pour les Lorrains (6e), inscrivant son 3e but lors des trois derniers matches. Et comme cela ne suffisait pas pour offrir une victoire à coup sûr aux Lorrains, il en a ajouté un deuxième (84e) pour donner un succès (2-0) à l'équipe de Jean Fernandez, qui n'en finit plus de remonter au classement pour se garantir une fin de saison bien plus douce que craint à un moment.

La mauvaise habitude: Toulouse

Pour le deuxième match de suite, Toulouse a été contraint de jouer à 10. Après l'expulsion en fin de match de Sirieix contre Lille la semaine dernière, c'est Tabanou qui a subi le même sort, dès la 44e minute. Et comme la semaine dernière, le TFC s'incline, (2-0) sur le terrain de Valenciennes qui se rapproche du maintien après un but de Danic (62e) et un penalty de Samassa (89e), alors que Sissoko avait raté le cadre dans le même exercice dans le temps additionnel (90e+2). Les hommes d'Alain Casanova se compliquent l'avenir européen.

La phrase: "Aucun de mes joueurs n'a été au niveau" (Rudi Garcia)

La défaite de son équipe lilloise à Brest a laissé un goût très amer dans la bouche de Rudi Garcia: "Ce soir, aucun de mes joueurs n'a été au niveau individuellement, à part peut-être Payet, et surtout collectivement. Dans l'impact, l'investissement, on n'était pas dedans."