Montpellier doit réagir

Montpellier doit réagir

Publié le , modifié le

Après son faux pas le week-end dernier face à Lorient (défaite 2-1), Montpellier tentera de conforter son avance en tête du championnat avec la réception de Valenciennes samedi lors de la 33e journée de Ligue 1. Derrière, Lille, qui n'a pas encore dit totalement adieu au titre, peut profiter de son déplacement à Dijon pour creuser l'écart sur Lyon.

En s'inclinant au stade du Moustoir la semaine dernière, les Montpelliérains ont eu droit à une piqûre de rappel : le moindre relâchement pourrait coûter cher dans la course au titre. Sont-ils vaccinés pour autant? La réception de Valenciennes, plus mauvaise équipe à l'extérieur, devrait nous apporter un élément de réponse. Montpellier doit impérativement renouer avec la victoire pour ne pas laisser la possibilité au Paris Saint-Germain, 2e avec deux points de retard et qui joue dimanche contre Sochaux, de recoller en tête du championnat. "Ce n'est pas le moment de paniquer, de se poser des questions, c'est le moment d'avancer", estime l'entraineur René Girard. "Quand on est à six journées de quelque chose d'extraordinaire, on ne réfléchit plus."

Montpellier au complet

Les Héraultais auront à cœur de montrer qu'ils ont les épaules pour supporter une telle pression malgré leur inexpérience à ce niveau. "On sait que cela va être dur (…) mais à mon avis, si on reste concentrés jusqu'au bout, je pense que l'on aura une belle surprise à la fin", confie Soulemane Camara, l'attaquant du MHSC. "Il faut rester comme l'on est", embraye son entraineur. "Notre dynamique, c'est notre fraicheur." A l'exception de Jamel Saïhi et Geoffrey Dernis, le coach héraultais dispose d'un groupe au complet pour affronter une équipe de Valenciennes (12e) qui reste sur une lourde défaite à domicile contre Evian (3-0) et qui n'a remporté qu'un seul match loin de ses bases.

Lille, l'espoir est permis

Lille, de son côté, ne doit plus trop savoir de quel côté regarder. Solidement accroché à sa 3e place avec six points d'avance sur Lyon (4e), les Nordistes ont toujours le droit de rêver. Si le titre semble compromis (7 points de retard sur Montpellier), la 2ème place, directement qualificative pour la ligue des champions, reste un objectif raisonnable. Il faudra pour cela rattraper les cinq points qui séparent les coéquipiers d'Eden Hazard du PSG, ce qui passe par un bon résultat à Dijon (16e). "Ce serait manquer d'humilité de dire qu'on va rattraper tout le monde", souligne Rudy Garcia, l'entraineur du LOSC, qui s'apprête à retrouver le stade Gaston-Gérard après avoir quitté Dijon en 2007. "On ne le fera que si on gagne nos matches et eux en perdent. Après, bien sûr, tant que mathématiquement c'est possible…on verra bien. On est le plus ambitieux possible."

Dijon doit réagir

Après un bon mois de mars, Dijon a soudainement baissé de pied face à des concurrents directs pour le maintien et se retrouve à un point du premier relégable. "Il faut que les interrogations des dernières semaines disparaissent", affirme Patrice Carteron, l'entraineur dijonnais. "Il faut retrouver de la joie de vivre sur le terrain. Nous avons besoin du public pour gagner six finales où nous joueront notre survie en Ligue 1."

Dans les autres matches de la journée, Toulouse (5e) et Rennes (6e) se livreront un duel à distance pour la Ligue Europa lors de leurs déplacements respectifs sur la pelouse d'Evian (9e) et Brest (17e), pendant que Bordeaux recevra Marseille pour un match sans enjeu. Saint-Etienne (7e), qui vient d'apprendre la fermeture de ses deux kops, voudra profiter de son déplacement à Caen (15e) pour recoller aux places européennes.

Victor Patenôtre

francetv sport @francetvsport