Silva Monaco déception
Le Monégasque Bernardo Silva | NICOLAS TUCAT / AFP

Monaco veut se débarrasser de Lyon

Publié le , modifié le

Avec un Lyon affamé à ses trousses, Monaco ne peut plus tergiverser s'il veut conserver sa deuxième place de Ligue 1 directement qualificative pour la Ligue des champions. Vendredi, l'ASM espère profiter de la réception d'un mal classé, Reims (16e), en ouverture de la 30e journée pour remettre la pression sur l'OL et reprendre provisoirement 9 pts d'avance. Jardim pourra disposer d'un effectif assez étoffé. Mais attention aux Rémois qui ont grand besoin de points pour rester parmi l'élite.

Si ça se bouscule toujours pour le podium de L1, la 2e place semblait promise à l'AS Monaco. Deux nuls contre Nantes (0-0) et Caen (2-2) ont redonné espoir à Lyon qui revient comme un boulet à l'amorce du sprint final. Avec six points d'avance, Monaco a deux jokers en neuf matches. Leonardo Jardim aimerait les griller le plus tard possible d'autant que son équipe devra négocier un déplacement capital au Parc OL lors de la 37e journée. D'ici-là, Paris, Bordeaux, Lille, Rennes et Marseille vont se présenter face aux Monégasques. D'où l'importance de battre les petits qui vont se présenter à Louis II.

Monaco peut encore voir venir

Depuis septembre, l'ASM est souverain en principauté. Bernardo Silva compte s'appuyer sur ça pour faire la différence avec Lyon. "Je ne sais pas si notre avance actuelle (sur Lyon) suffira mais c’est à eux de venir nous chercher et je pense que notre position est plus avantageuse, estime le Portugais. Je préfère être chassé que d’être celui qui chasse. On est mieux à la maison cette saison. Et moins bien à l’extérieur. Il faut gagner les cinq matches à domicile."

Reims n'a rien à perdre

Face à la presse, Leonardo Jardim affiche de la sérénité. Lyon est sur un nuage ? Et alors. "La plus grande motivation, c'est de travailler pour ce club, rétorque-t-il. Sur les deux derniers matches, Lyon possède une bonne dynamique. Mais Monaco est plus régulier. On n'est pas là par hasard. On avait 51 points aussi l'an dernier, 62 il y a deux ans (à ce stade, ndlr)." Cette régularité, Reims en rêve. L'objectif champenois n'est évidemment pas le même mais le challenge est de taille. Un match à trois avec Guingamp et Ajaccio s'est engagé. Comme les Bretons, Reims dispose de 2 pts d'avance sur le Gazélec (18e). Un matelas insuffisant pour respirer. "On doit récupérer des points coûte que coûte, reconnaît le gardien Johann Carrasso. Il faut faire des résultats." L'avantage, c'est de n'avoir rien à perdre et pouvoir jouer crânement sa chance.

Xavier Richard @littletwitman