Kylian Mbappé Monaco
Kylian Mbappé, l'homme du match | VALERY HACHE / AFP

Monaco : une histoire de chiffres

Publié le , modifié le

L'AS Monaco enchaîne les larges victoires ! Le club du Rocher possède la meilleure attaque des cinq grands championnats. Retour sur les statistiques folles d'un début de saison canon.

Encore un carton pour Monaco ! Les joueurs de Leonardo Jardim ont brillé en Coupe de la Ligue. Un cinglant 7-0 infligé à Rennes, qui s’ajoute à la correction contre Montpellier (6-2), le festival contre Nancy (6-0) ou encore la régalade de Bastia (5-0). La moitié de la saison est presque atteinte, et Monaco affiche des statistiques hallucinantes. Avec 53 buts en championnat, Monaco est la meilleure attaque des cinq grandes ligues européennes. Loin devant le Real Madrid et Liverpool (40) ou Barcelone et Arsenal (37).

Sur les bases de ​la meilleure de l’histoire

Monaco domine outrageusement le classement de meilleure attaque de Ligue 1. Nice et Paris sont relégués à onze buts (32). A deux matchs de la mi-saison, Monaco a déjà inscrit plus de buts que 16 équipes de Ligue 1 sur toute la saison dernière. Une moyenne de 3,1 buts par match, contre 1,9 pour ses deux concurrents. Un temps d’avance sur le Paris de l’année dernière et ses 102 buts. A la 17e journée, les champions de France n’en avaient inscrits que 40. Mais les Monégasques sont légèrement en retard sur le record de but en une saison, fixé par le RC Paris en 1959-60. Pour atteindre les 118 réalisations, les Parisiens en avaient marquées 55 avant la 18e journée. Et malgré cette effusion offensive, ils n’avaient pas remporté le titre. Le Stade de Reims, avec tout de même 109 buts, avait été sacré champion devant Nîmes (78 buts) et le RC Paris. Mauvais présage pour Monaco ? 

Une attaque équilibrée

Le plus impressionnant dans le jeu offensif de Monaco est sans doute son équilibre dans la répartition des buteurs. Derrière les 14 réalisations toutes compétitions confondues du Colombien Falcao, on retrouve Valère Germain et Thomas Lemar à 8, Fabinho et Guido Carrillo à 7, Gabriel Boschilia et Kylian Mbappé à 6, Bernardo Silva à 5 et le défenseur central Kamil Glik à 4. De quoi survivre aux absences d’éventuels joueurs-clés. Une répartition équilibrée au niveau des joueurs, mais aussi dans le type de buts. Des centres repris, des frappes de l’extérieurs de la surface, des coups de pieds arrêtés directs et indirects, … Contre Monaco, le danger peut venir de n’importe qui et de n’importe où.

Le bémol LDC

Mais il y a une compétition où Monaco rayonne moins : la Ligue des champions. Avec 9 buts inscrits, ils sont loin de Dortmund (21), Barcelone (20) et Arsenal (18). Les Monégasques sont la 11e attaque de la phase de groupe, au même niveau que Besiktas, Porto et le Legia Varsovie. Une différence expliquée par plusieurs raisons. La première est tout simplement le niveau des adversaires. Avec Tottenham, Leverkusen et Moscou, l’AS Monaco s’est retrouvé dans une poule au niveau homogène, donnant des matchs tendus. Face à Leverkusen agressif mais maladroit (1-1, 0-1), les Monégasques sont revenus à un jeu plus solide et défensif. Et malgré de bonnes performances offensives contre Tottenham (2-1, 2-1), Hugo Lloris a protégé les Spurs de l’hémorragie habituelle. Les scores auraient sans doute été plus larges face à Ludogorets (6-0 pour Arsenal), au Legia Varsovie (6-0 et 8-4 pour Dortmund) ou au Celtic Glasgow (7-0 Barcelone). La rencontre avec Manchester City en huitième de finale promet d’être intéressante.

Hugo Monier @hgo_mon