Monaco
Monaco a le sourire : ils sont cinquièmes de Ligue 1. | VALERY HACHE / AFP

Monaco se replace, Toulouse plonge

Publié le , modifié le

Huit jours après les terribles attentats qui ont frappé Paris, le championnat de Ligue 1 a repris son cours. Des hommages ont été rendus sur toutes les pelouses de France : Marseillaise dans le stade, drapeaux dans les tribunes, minutes de silence… C’est dans une ambiance émouvante que Montpellier s’est donné de l’air tout en entraînant Toulouse dans la zone de relégation. Qu’il n’y a eu aucun vainqueur dans ce match fou entre Troyes et Lille. C'est aussi dans ce contexte pesant que Monaco s’est imposé face à Nantes, remontant ainsi à la cinquième place du championnat, et que Guingamp a fait trembler les filets contre Toulouse.

Monaco revient dans la course​

Devant son public, l’AS Monaco s’est relancé dans la course à l’Europe, en s’imposant 1-0 face à Nantes. Le niveau de jeu n’a pas frôlé l’exceptionnel, et les occasions se sont faites très rares au Stade Louis II. Mario Pasalic permet aux Monégasques de sortir de cette série de matches sans victoires pour offrir trois points supplémentaires, grâce à une tête au second poteau. Les hommes de Jardim ont légèrement dominé, et empochent ce match qui place les Nantais dans une crise légère, avec trois défaites sur leurs quatre dernières journées de championnat. Grâce à cette victoire, Monaco remonte à la cinquième place du classement.

Bernardoni sauve Troyes​

Cette rencontre ne présageait pas un grand spectacle. Lille, 16e du championnat, qui doit faire sans Hervé Renard, limogé il y a dix jours, face à Troyes, dernier de Ligue 1, qui n’a toujours pas connu la joie d’engranger les trois points. Mais c’est peut-être ce duel qui a été le plus fou de la soirée. Le but de Benzia à la 9e laissait pourtant penser que ce tir de l’ancien lyonnais offrait d’ores et déjà la victoire pour les Lillois. Troyes ne manque pas d’envie, mais plutôt d’efficacité face au but. Une efficacité qu’ils finissent par trouver, à la 70e, grâce à Jean. Bernardoni sauve les siens à plusieurs reprises, dans une fin de rencontre complètement folle où Lille multiplie les occasions dangereuses, à chaque fois sauvées par un portier troyen héroïque. Jean manque de peu l’occasion d’offrir à Troyes la première victoire de sa saison, en voyant son tir détourné de peu par le défenseur Civelli. Enyema était battu. Ce n’est néanmoins pas suffisant pour voir Troyes décrocher sa victoire. Le score (1-1) ne reflète pas le niveau du match, et ne permet à aucune des deux équipes de sortir de leur mauvaise passe. Paul Bernardoni, 18 ans, gardien de l’ESTAC, est sans conteste l’homme du match.

Montpellier se donne de l’air

La 14e journée de ligue 1 donnait lieu à un nouveau match de mal classés, entre Reims (14e) et Montpellier (17e). Les hommes d’Olivier Guégan, qui restent sur cinq défaites consécutives, lancent pourtant idéalement le match en inscrivant d’entrée de jeu un but, grâce à Weber (12e). Les Héraultais réagissent de la plus belle des manières, en recollant au score grâce à Yatabaré (21e). Les joueurs de Roland Courbis relancent totalement le match en inscrivant un second but en seconde mi-temps, où Camara marque dans un but vide (69e). Dabo vient confirmer la bonne forme de Montpellier en trouvant le chemin des filets à six minutes de la fin du match. Ces trois buts permettent à Montpellier de s’éloigner de la zone rouge, face à des Rémois qui n’en finissent pas de plonger.

Guingamp se replace, Toulouse n’y arrive pas

Toulouse a la tête des mauvais jours. Ce genre de visage que l’on adopte lorsque l’on est à une série de treize matches de Ligue 1 sans aucune victoire. 19e du championnat, les joueurs de la ville rose espéraient se ressaisir face à Guingamp, 12e. C’est raté. Pourtant, ce penalty manqué de Jimmy Briand à la 42e minute aurait pu laisser espérer aux Toulousains une meilleure deuxième mi-temps, face à des Bretons qui n’avaient pas réussi à trouver la faille jusqu’ici. A la 59e, Sloan Privat vient sauver les Costarmoricains, en ouvrant le score. Un score qui s’aggrave dix minutes plus tard, grâce à Yannis Salibur. Le suspens aurait pu être relancé, si ce but de Ben Yedder n’avait pas été refusé par l’arbitre. Pour couronner le tout, Kana-Biyik est expulsé en fin de match, pour un coup de sang incompréhensible au milieu du terrain. Ce n’était pas la soirée de Toulouse, qui s’enfonce dans la zone rouge. Guingamp en profite pour remonter à la dixième place de Ligue 1.