Monaco Falcao 102013
Falcao et ses camarades | AFP

Monaco se moque de la taxe à 75%

Publié le , modifié le

Si la fronde des clubs de L1 va jusqu’au bout, l’AS Monaco fera bien la grève lors de la 15e journée. Ou plutôt, devrait-on dire que l’ASM sera contrainte de faire grève. Car dans les faits, le club de la Principauté n’est absolument pas concerné par cette fameuse taxe à 75%, et c’est bien ce qui est le plus choquant.

Bénéficiant du statut particulier de la Principauté, à savoir l’exemption d’impôts de ses résidents (excepté les Français depuis 1957) et a fortiori de ses entreprises, l’AS Monaco ne paye donc pas de taxe. Si les derniers mois, la Ligue de football et la Fédération française de football ont bien tenté de convaincre le club détenu par le milliardaire russe Dmitry Rybolovlev d’installer son siège dans l’hexagone, c’est bien parce que les avantages fiscaux du club créaient déjà un déséquilibre, notamment pour la masse salariale.

Si le gouvernement va jusqu’au bout de sa logique, la mise en place de la taxe à 75% sur les hauts revenus (plus d’un million d’euros par an) creuserait encore le fossé qui existe entre l’ASM et les autres clubs du championnat de France. En prenant en compte le récent aménagement du gouvernement plafonnant la contribution à 5% du chiffre d’affaires, le Paris Saint-Germain devrait débourser 19,5 millions d’euros de taxe. A savoir que Zlatan Ibrahimovic a récemment vu son salaire net revalorisé à 15 millions d’euros annuels…

Un avantage de 70 millions d’euros

Selon le rapporteur spécial du budget des Sports à l’Assemblée nationale, Régis Juanico, l’avantage fiscal et social de l’ASM par rapport aux clubs français, avoisinerait les 70 millions d’euros, soit pratiquement le budget de Lille (75M€) cette saison. "Il y a un problème de distorsion de concurrence évident", indiquait en septembre Régis Juanico. Selon le député PS, "si le club était soumis à la législation française, le montant de la taxe serait de 20 millions d'euros. Au-delà, Il existe un énorme avantage fiscal et social pour l'ASM que l'on peut estimer à 50 millions d'euros par rapport aux autres clubs de Ligue 1", a-t-il assuré.

Il faut savoir que si les quelques joueurs français de l’ASM, comme Eric Abidal, Jérémy Toulalan, ou encore Geoffrey Kondogbia, sont bien concernés par les impôts français, ils bénéficient néanmoins d’une réduction de 20% de leurs charges sociales par rapport aux autres joueurs évoluant en L1.

Un dossier ​monégasque complexe

Le dossier monégasque est d’autant plus complexe que le football français ne peut décemment pas se priver d’une telle vitrine en Europe. Outre les droits TV revalorisés, la présence d’une grosse cylindrée comme l’ASM en Coupe d’Europe, devrait améliorer l’indice UEFA dont bénéficient tous les clubs de L1… Les dirigeants monégasques ont compris qu’il valait mieux jouer profil bas avec les autres dirigeants. Pour ne pas froisser le voisin marseillais, les pourparlers avec le gardien Steve Mandanda n’ont-il pas été arrêtés ?

Aujourd’hui, le club monégasque n’est finalement que très peu concerné par cette histoire de taxe à 75%, et cette fameuse grève n’a finalement aucun sens pour Monaco. Cependant, la situation du club n’est pas encore totalement définie. Le dossier du transfert du siège social en France doit encore être revu par le Conseil d’Etat. Mais d’ici là, l’ASM peut toujours faire semblant de manifester…

Romain Bonte