Dimitar Berbatov
Le Bulgare Dimitar Berbatov | AFP - VALERY HACHE

Monaco sacre le PSG

Publié le , modifié le

Le match nul (1-1) entre Guingamp, vainqueur de la Coupe de France, et Monaco, a permis au Paris-Saint-Germain d’être sacré champion de France avant même de jouer son match contre Rennes ce mercredi soir au Parc des Princes. Au classement, à deux journées du terme de la saison, Monaco (2e) compte en effet 76 points contre 83 pour le leader parisien. Les Bretons, de leur côté, prennent un point important dans l'optique du maintien (16e, 39 points).

Un but de Berbatov de la tête, après un très beau numéro de Nabil Dirar, a semblé faire la différence à l’entame du dernier quart d’heure (77e). Guingamp avait eu deux belles occasions en première période (Giresse d'un tir dévié par Subasic, 40e, et Mathis d'une frappe à côté, 41e) mais les Monégasques ont accéléré dans le second acte, se montrant beaucoup plus offensifs (penalty refusé à Raggi, occasions pour Toulalan, Moutinho et Abdenour) mais butant sur un très bon Samassa dans la cage adverse.

Guingamp, maintien en tête 

Mais L’En Avant a égalisé grâce à Atik (85e) sur sa seule occasion de la seconde mi-temps, avant de terminer à 10 suite à l’exclusion de Diallo pour une faute grossière sur Toulalan. Désormais, les Bretons, qui seront européens la saison prochaine grâce à la  Coupe, possèdent deux points d'avance sur Sochaux, premier relégable avec 37  points. 

Guingamp, qui lors des deux dernières journées, reçoit Toulouse et se  déplace à Marseille, est toutefois loin d'avoir assuré sa place dans l'élite la  saison prochaine. Monaco, assuré, lui, de la deuxième place et d'une qualification en Ligue  des champions avant la rencontre, a mené à la marque, mettant un semblant de  pression sur le Paris SG, alors pas encore champion. Mais il n'a pu tenir la  victoire qui aurait permis de retarder le couronnement du club de la capitale. 

Gourvennec: "le point du courage"

"Quand on  parvient à un objectif, il est normal de ne plus jouer avec la même intensité", a confié Claudio Ranieri, le coach de l'ASM.  "On a contrôlé la première mi-temps. La deuxième était meilleure. J'ai dit que  je voulais gagner. Mais ce n'est pas facile de motiver les joueurs. Samedi  prochain, je ferai des changements. Il y aura de nouveaux joueurs. (sur le  titre du PSG): C'est une grande équipe. Félicitation au Paris SG. Pour penser  au titre, il faut une grande équipe. (sur son avenir): J'espère que je serai  là. J'ai lu L'Equipe qui a dit quelque chose. J'attends. Cela fait un an que  l'on parle de Mancini et d'autres".

"C'est le point du mérite, du mental, du courage", a de son côté confié Jocelyn Gourvennec, l'entraîneur de l'EAG. "Un super point. Car Monaco,  c'est exceptionnel en Ligue 1, sur le plan du jeu et sur le plan technique. En  2e mi-temps, après deux trois situations chaudes, on n'avait plus trop de gaz.  On a craqué. On avait pourtant très bien contré leur triangle diabolique en  première mi-temps. Après, c'était plus difficile. Mais comme ce groupe a un  mental de dingo, on est revenu de nulle part, je vous l'accorde. Je préfère  aborder Toulouse en ayant pris quelque chose aujourd'hui, même si cela ne  change pas l'approche du match. Il faudra un gros match samedi.

Le classement de LIgue 1