James Rodriguez Monaco
La joie de James Rodriguez (Monaco) | VALERY HACHE / AFP

Monaco reprend ses distances

Publié le , modifié le

Monaco, qui restait sur deux matchs sans succès, a renoué avec la victoire en battant Nantes lors de la dernière rencontre de la 32e journée de Ligue 1 (3-1). L'ASM consolide ainsi sa deuxième place au classement général en reprenant six points d'avance sur Lille.

Deux revenants faisaient leur réapparition du côté du Stade Louis II. L'un sur la pelouse, Eric Abidal, et l'autre dans les tribunes. Radamel Falcao. Jérémy Toulalan, lui, retrouvait son club formateur mais, tout comme ses coéquipiers, il ne montrait aucune pitié face aux Canaris. Après une main involontaire du Nantais Cissokho dans sa surface, mais pas de penalty (10e), James Rodriguez, servi par Berbatov hors jeu, ouvrait la marque d'une imparable frappe du pied gauche (1-0, 18e). Marcello Gallardo, un autre meneur de jeu de génie qui avait officié à l'ASM et venu donner le coup d'envoi, a dû apprécier. Tout comme l'Argentin s'est peut-être ennuyé par la suite tant les Monégasques ont brusquement baissé de pied après ce but. 

Raggi montre la voie

En dépit de belles réactions, signées Shechter (27e) et Nicolita (31e), parfaitement bloquées par un Subasic très inspiré, les Nantais étaient trop timorés pour revenir sur les hommes de Ranieri, pourtant pas impériaux. A la reprise, ces derniers continuaient de jouer "avec le frein à main" et Toulalan était même tout près d'inscrire un but contre son camp de la tête (68e). Ce coup du sort agissait comme un électrochoc pour l'ASM qui lâchait enfin la vapeur.

Quelques minutes plus tard, Andrea Raggi, lui aussi de la tête mais cette fois dans la bonne direction, offrait le but du break aux locaux (2-0, 72e). Assommés, les Canaris concédaient un penalty dans la foulée et James Rodriguez y allait de son doublé (3-0, 76e). La réduction du score de Bedoya, à la suite d'un magnifique mouvement collectif, était aussi belle qu'inutile (3-1, 78e) : avec seulement trois victoires lors de ses 14 derniers matchs contre Monaco, Nantes confirmait ses difficultés contre les Rouge et Blanc et restait englué à la 15e place du classement. 

Déclarations : 

Claudio Ranieri (entraîneur de Monaco):  "C'est toujours compliqué, c'est normal. Ce soir, ça a été compliqué. Monaco  doit souffrir et lutter pour faire un résultat. C'est comme ça depuis le début  du championnat, mais je suis satisfait de l'équipe. On a fait un bon match  contre une équipe venue pour jouer en contre et jouer le match nul. Il est  important d'avoir la maîtrise du jeu. On a fait beaucoup d'erreurs de passes en  première mi-temps. Cela a été mieux après la pause. Les trois points sont  importants.
   
Bruno Baronchelli (entraîneur adjoint de Nantes): "Dans le contenu, il y a  des choses intéressantes, mais je ne suis pas content. On peut jouer cent ans  comme ça, on ne gagnera jamais. On n'a pas assez bien défendu. On n'a pas été  assez fort dans les duels. A chaque moment, j'ai l'impression qu'on va prendre  un but, qu'on va perdre. Même si on fait illusion, on fait des choses  intéressantes, mais c'est insuffisant. Avant de bien attaquer, il faut  défendre. Certes, l'adversaire est de qualité. On a été capable de le gêner, de  se procurer du jeu. Mais c'est tout. Donc, je ne sais pas si je dois être déçu  ou en colère. Je crois que je suis un peu les deux. Ce soir, c'est (sur le plan  comptable, ndlr) un peu une journée pour rien (Valenciennes, premier relégable,  a perdu, ndlr)".

Julien Lamotte