Ocampos
Lucas Ocampos (AS Monaco). | JEAN CHRISTOPHE MAGNENET / AFP

Monaco plombé d'entrée

Publié le , modifié le

Piégé par un but précoce de Lorient dans les premières minutes du match, Monaco, en infériorité numérique pendant 25 minutes, n’est pas parvenu à renverser la vapeur malgré l’entrée de Falcao et s’incline finalement (1-2) pour son premier match de la saison.

Si Paris n’avait pas non plus débuté son championnat par une victoire, Monaco a fait encore pire en concédant la défaite à domicile face à une courageuse équipe lorientaise. Menés d’un but et réduits à 10 à la 68e minute suite à l’expulsion de Carvalho pour un second carton jaune, les Monégasques ressortent donc bredouilles de ce premier match de la saison, qui marquait le grand retour de Falcao sur les pelouses de Ligue 1 après des mois d’absence pour cause de blessure. Le Colombien avait d’ailleurs remis les siens dans la partie quelques minutes après son entrée en jeu en transformant un pénalty (68e). Insuffisant pour éviter la défaite de son équipe, terrassée par un but tardif de Lavigne. 

Rodriguez a manqué

On attendait beaucoup de la première de Leonardo Jardim, successeur de Claudio Ranieri sur le banc de Monaco. On attendait aussi impatiemment ce premier match disputé sans James Rodriguez, transféré au Real Madrid lors du mercato d'été. On a vu, et il y a de quoi être inquiet. Malgré une grosse période de domination pendant la première moitié de la seconde période, Monaco a été très poussif, peinant à mettre en danger une défense lorientaise bien organisée suite à l'ouverture précoce d'Aboubakar sur pénalty (9e). 

Ripoll, toujours invincible

Si Jardim a donc raté ses débuts, Sylvain Ripoll, successeur de Christian Gourcuff, est lui toujours invaincu après quatre matches sur le banc du FCL. Rejoints au score par une équipe monégasque sans grande imagination, les Merlus ont finalement profité d'un contre mené par Abdullah et conclu par le nouvel entrant Valentin Lavigne (87e) pour empocher trois points inespérés. Entré en jeu à la 58e minute, "Le Tigre" a été  peu en vue pour son grand retour en L1 après sa grave blessure au genou en  janvier et n'aura donc pas sauvé l'ASM. Le chantier est encore grand. 

Victor Patenôtre