Hatem Ben Arfa, le meneur de jeu de l'OGC Nice.
Hatem Ben Arfa a réussi une très belel saison avec l'OGC Nice. | AFP

Monaco-Nice : Ben Arfa, le maillon fort des Aiglons

Publié le , modifié le

Hatem Ben Arfa sera une nouvelle fois l'arme offensive principale de l'OGC Nice, qui se rend chez son voisin monégasque samedi après-midi (14h00), pour le compte de la 24e journée de Ligue 1. Le milieu offensif de 28 ans revit chez les Aiglons. Ses statistiques s'en ressentent. Même si ses fulgurances individuelles peuvent susciter quelques frustrations.

N'allez surtout pas chercher la petite bête. Le vestiaire niçois n'a aucune dent contre Hatem Ben Arfa. La pique lancée mercredi par Nampalis Mendy, le capitaine des Aiglons ? "C’est un faux problème, assure Jérémy Pied, le latéral azuréen. Je ne sais pas ce qui s’est dit dans les médias, mais on en a rigolé entre nous. Il n’y a aucun souci."

"Aucun souci", et pourtant, le but inscrit par Ben Arfa face à Toulouse (1-0) avait bien fait sortir Mendy de sa réserve. "Hatem nous a libérés une nouvelle fois sur un exploit individuel, mais il n’est pas tout seul sur le terrain. Valère Germain était seul au centre. Il a choisi de jouer seul et tant mieux, mais il y avait mieux à faire." 

Mais, insiste Pied, "le plus important c’est qu’on ait marqué". "Il y a une polémique qui est partie d’une phrase de 'Papy' sur le ton de la plaisanterie, a précisé Vincent Koziello au micro de RMC. Il n’y a vraiment pas de méchanceté dans ses propos et Hatem ne l’a pas mal pris."

11 buts en 23 matches

"J'essaye de faire le maximum, mais c'est surtout grâce à l'équipe, a d'ailleurs répondu le principal intéressé. Tout le monde a poussé, on s'est créé des occasions, on a rencontré un bloc bas... C'était très compliqué. Aujourd'hui, toute l'équipe est récompensée des efforts qu'elle a faits." 

Compte tenu du rendement de son meneur de jeu cette saison, le Gym (3e), qui se rend à Monaco (2e) samedi pour un derby au parfum de podium, n'a pas l'intention d'épiloguer plus longtemps sur le cas Ben Arfa. Car depuis le début de saison, l'ancien Lyonnais revit. Face à Toulouse, il a inscrit "le but le plus chanceux de (sa) carrière". Déjà le 11e en 23 matches de Ligue 1. Soit autant que lors de ses quatre saisons et demi de Premier League, à Newcastle puis Hull City.

Dirar : "Il faudra jouer serré sur Ben Arfa"

Ajoutez à cela 2 passes décisives, et vous obtenez un joueur impliqué dans un tiers des buts de son équipe. "Il y a eu une vraie progression, se réjouissait son entraîneur Claude Puel, début janvier. Il joue simple, avec les autres, il a gardé ses fulgurances, il est disponible pour ses partenaires. Physiquement, il se remplit, il est bien dans sa tête."

Preuve qu'à 28 ans, il n'a jamais semblé aussi épanoui sur un terrain. Les Monégasques en sont bien conscients. Samedi, "il faudra jouer serré sur Ben Arfa, ne pas lui laisser d’espace, a prévenu Nabil Dirar, le milieu de l'ASM, en conférence de presse. Mais ce n'est pas le seul joueur à surveiller…"