Fabinho Monaco Tallo Ajaccio
Fabinho (Monaco) à la lutte avec Tallo (Ajaccio) | PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP

Monaco ne fait pas de cadeau au PSG

Publié le , modifié le

Réaliste, l'AS Monaco s'est imposée sur la pelouse d'Ajaccio en enfonçant un peu plus les Corses, déjà condamnés à la relégation, lors de la 35e journée de Ligue 1 (1-4). Grâce à ce succès, frappé de la classe de Berbatov, les Monégasques obligent le PSG à l'emporter dimanche face à Sochaux pour être sacré champion de France.

Revivez le film du match

Au moins il ne pourra pas être reproché à Ajaccio d'avoir faussé le championnat. Officiellement relégué en Ligue 2 depuis dimanche dernier, le club corse a joué crânement sa chance face au 2e du championnat. Rarement les 52 points qui séparaient les deux équipes au coup d'envoi ne se sont traduits dans la physionomie du match. Trop timorés, les joueurs de Claudio Ranieri n'ont quasiment rien montré durant la première période, hormis un face à face perdu par Moutinho face à Ochoa (12e). Oliech avait d'ailleurs répondu au Portugais mais lui aussi avait buté sur le portier adverse, Subasic repoussant la tentative de l'attaquant de l'ACA du pied (15e). 

Le show Berbatov

Heureusement pour le spectacle, la seconde période allait s'avérer plus riche en spectacle. Et, une nouvelle, fois, c'était Dimitar Berbatov qui débloquait la situation. D'un coup de tête sur un corner, le Bulgare ouvrait le score en inscrivant son 4e but sous ses couleurs monégasques (0-1, 53e). Dans la foulée, le "remplaçant" de Falcao bénéficiait d'une offrande de James Rodriguez pour y aller de son doublé (74e). L'ACA, pourtant, ne s'effondrait pas et répliquait par Tallo qui profitait d'une défense un peu passive pour marquer en force sous la barre (1-2, 75e). Une réaction d'orgueil pourtant inutile puisque Monaco assurait, grâce à un plat du pied de Kondogbia sur une passe de Berbatov (1-3, 87e) et une volée d'Ocampos (1-4, 90e), un succès qui retarde d'au moins 24 heures le sacre annoncé du Paris Saint-Germain.

Les déclarations : 

Christian Bracconi (entraîneur de l'AC  Ajaccio): "Je suis déçu car nous avons lâché prise après la pause. Pourtant,  nous étions très bien rentrés dans ce match. On a fait une belle première  mi-temps au cours de laquelle on aurait mérité de marquer. Après la pause,  Monaco a fait parler son expérience, mais on a lâché.  A 2-1, on a vu qu'ils  pouvaient être fébriles en défense. On a vu, qu'en mettant plus de mordant, on  pouvait les inquiéter. C'est dommage car le score me paraît très lourd sur la  physionomie de la partie. Il est temps que la saison se termine".
   
Claudio Ranieri (entraîneur de Monaco): "On a été moyen en première période  car Ajaccio nous a posés des problèmes et joué pour la gagne. L'état de la  pelouse n'a guère arrangé les choses. On a essayé de s'adapter à l'adversaire.  On a fait une bonne deuxième mi-temps et inscrit quatre buts. Berbatov a été  décisif, c'est un grand joueur. Pour nous, l'objectif n'était pas de retarder  le sacre du PSG, la cause était entendue depuis longtemps. On joue chaque match  pour le gagner. On a 75 points, ce qui est très bien à mon sens mais je veux  toujours plus. C'est important pour notre orgueil. D'autant que l'on joue sans  Falcao depuis novembre. La rumeur Zidane ? Vous, les journalistes, aimez bien  les rumeurs ! La place est bonne à prendre car Monaco est un grand club.  Personne ne prendra la place de Ranieri ! Ranieri va continuer !"

Julien Lamotte