Dmitri Rybolovlev, AS Monaco
Dmitri Rybolovlev, président de l'AS Monaco | VALERY HACHE / AFP

Monaco ne changera pas de siège

Publié le , modifié le

L'AS.Monaco n'a toujours pas l'intention d'installer son siège social en France, en dépit de l'injonction de la Ligue de football professionnel de football, de le faire à compter de juin 2014. Le vice-président du club Vadim Vasilyev rappelle que le club est celui de la Principauté de déroger à cette appartenance. La Ligue et l'ASM s'opposent depuis plusieurs mois au sujet de cette obligation d'avoir un siège social en France pour disputer le championnat. La question sera tranchée prochainement par le Conseil d'Etat.

"Nous l'avons dit et je le répète: nous ne changerons pas de siège social, il est hors de question de l'installer en France. Nous sommes une société monégasque, qui travaille selon les lois monégasques, les charges sociales sont payées par les caisses de Monaco. C'est clair: il n'y a aucune possibilité", explique Vasilyev dans une interview à "L'Equipe" samedi.

Le conflit s'est envenimé entre la Ligue nationale de football qui fait face à la fronde des autres clubs français confrontés à une situation fiscale plus désavantageuse, et le club de la Principauté, repris il y a deux ans par le milliardaire russe Dmitry Rybolovlev, soutenu par les autorités monégasques. Le Palais princier s'arc-boute en effet pour l'instant sur un principe: le club doit rester à Monaco. C'est une question de souveraineté nationale.

Un siège social basé en Principauté permet à l'ASM de bénéficier d'une fiscalité avantageuse et d'échapper ainsi à la future taxe à 75% sur les hauts revenus. En effet, étant donné qu'il y a un "risque" que le Conseil constitutionnel annule la taxe à 75% si elle était appliquée à une société non domiciliée en France, l'ASM ne sera finalement pas concernée par ce futur impôt.

Christian Grégoire