ASM-OL
Le défenseur Rafael à la lutte avec Bernardo Silva | AFP - VALERY HACHE

Monaco-Lyon : l'ASM et l'OL se neutralisent

Publié le , modifié le

L'AS Monaco et l'Olympique Lyonnais ont fait match nul en ouverture de la 10e journée de Ligue 1 (1-1). Les Monégasques ont ouvert le score par Mario Pasalic et pensaient tenir leur première victoire à domicile de la saison mais l'expulsion de Wallace a plombé l'équipe de la Principauté. Réduite à dix, elle n'a pas pu empêcher l'égalisation de Rafael en fin de rencontre. Ce match nul ne fait les affaires de personne, l'OL reste 5e (16 points), Monaco 10e (14 points).

Monaco pourra nourrir des regrets sur ce match d'ouverture de la 10e journée de Ligue 1. Les Monégasques ont ouvert le score par Mario Pasalic avant la pause et ont eu plusieurs fois l'occasion de faire le break en seconde période. Mais Anthony Lopes, fautif sur le but monégasque, a maintenu son équipe en vie. L'OL a ensuite profité des erreurs monégasques pour égaliser en toute fin de rencontre. Pénalisés par l'expulsion de Wallace et la faute de main de Danijel Subasic sur le corner qui amène le but de Rafael, les hommes de Leonardo Jardim font du surplace à domicile avec seulement trois points pris en cinq rencontres. L'OL n'a pas perdu, mais ne rassure pas dans le jeu, à l'image d'un Lacazette guère tranchant, avant de retrouver la C1.

Sur une pelouse inhospitalière pour eux depuis le début de la saison, les Monégasques ont été les premiers dangereux. Moutinho, dont la clairvoyance et l’intelligence de jeu ont fait du bien toute la rencontre au milieu monégasque, était le premier à inquiéter Anthony Lopes d’un coup-franc lointain (10e minute). Le début de match était enjoué avec deux équipes portées vers l’avant et décidées à aller chercher cette ouverture du score. Titularisé en pointe, Lacina Traoré, désireux de bien faire, a voulu marquer des points. Mais hormis un raid solitaire tout en puissance, l’Ivoirien a trop peu pesé sur le front de l’attaque. Pour exister, l’ASM s’en est remis à ses milieux de terrain, Thomas Lemar et Bernardo Silva. Entre la 15e et la 21e minute, Monaco s’est montré dangereux à plusieurs reprises mais ni Lemar (19e), ni Silva (21e) n’ont pu tromper Anthony Lopes. Après cette bonne passe, les bonnes intentions ont un peu disparu et alors qu’on se dirigeait tranquillement vers la pause, Monaco obtenait un corner (39e). Son premier de la rencontre. Tiré par Thomas Lemar, il trouvait la tête de Mario Pasalic qui profitait de la sortie ratée d’Anthony Lopes pour ouvrir le score.

Subasic et Wallace font plonger l’ASM

Alors que l’OL avait la mainmise sur le jeu, il s’est laissé endormir et s’est fait surprendre. Au retour des vestiaires, les Lyonnais ont tenté de remettre la marche avant. Hubert Fournier a tranché dans le vif. Darder, timide, et Beauvue, invisible, ont été remplacés par Jordan Ferri et Rachid Ghezzal. Le jeune attaquant lyonnais a apporté un peu d’énergie et était à l’origine de la plus belle action lyonnaise jusqu'ici. Mais la reprise de l’attaquant, venu couper le centre, n’a pas surpris Danijel Subasic (52e). L’international français qui a souvent tenté l’exploit solitaire n’a pas retrouvé le niveau qui était le sien la saison dernière, et n’a pas su créer le danger, excepté sur un débordement sur le côté droit qui a semé le trouble (76e).

Bien organisée autour de Jérémy Toulalan, la défense monégasque a tenu le choc jusqu’à l’expulsion de Wallace (66e) pour un tâcle plus impressionnant que méchant sur Rachid Ghezzal. Avant ça, l’ASM avait eu des balles de break mais Lemar (58e) et Pasalic (62e) ont buté sur Lopes. La chance monégasque était passée et l’expulsion a galvanisé des Lyonnais qui ont poussé pour égaliser. Ce n’était pas forcément brillant mais l’envie était là. A l’image du but de Rafael (85e) qui a profité d’un mauvais contrôle de Ghezzal pour tromper Subasic de près. Le gardien croate pouvait s’en vouloir car sa parade manquée sur la frappe de Jordan Ferri a amené ce corner décisif. Dans les ultimes minutes, les Lyonnais auraient même pu s’imposer mais ni Ghezzal, ni Jallet n’ont trouver la faille. A cinq jours de son déplacement en Russie sur la pelouse du Zénith Saint-Petersbourg, Lyon ne s’est pas forcément rassuré et cherche encore sa bonne formule en attaque. Comme l’ASM.