Monaco-Lille, choc de prétendants

Monaco-Lille, choc de prétendants

Publié le , modifié le

Entre le dauphin du PSG la saison dernière et le LOSC, 3e, l’affiche de samedi (17h) promet beaucoup. Les Dogues, éliminés de la Ligue des champions par Porto et reversés en Ligue Europa, sont mieux placés (3e, 7 points) que les Monégasques qui ne comptent que 3 points (17e). Ils peuvent même s’emparer progressivement de la place de leader en cas de victoire, Bordeaux recevant Bastia dimanche. Samedi soir, Caen accueille Rennes tandis que Montpellier se rend à Nantes. Autres matches : Lens-Reims, Toulouse-Evian et le derby breton Lorient-Guingamp. PSG - Saint-Etienne dimanche.

La saison dernière, l’AS Monaco avait été la dernière équipe à résister au PSG dans la course au titre, mais le Lille OSC avait marqué quatre points contre le club azuréen (2-0, 1-1), prouvant qu’il était un sérieux outsider de la Ligue 1, davantage que Lyon ou Marseille par exemple.

En cette fin d’été, la formation de René Girard repart sur les mêmes bases. Solides à défaut d’être brillants, les Nordistes ont assuré l’essentiel depuis le début du championnat, certes face à de plus modestes équipes (0-0 contre Metz, 1-0 à Caen, 2-0 devant Lorient). Mais ils viennent de se faire sortir sans ménagement par le gros collectif du FC Porto, victorieux à l’aller comme au retour (1-0, 2-0). Cette élimination dès les barrages de la Ligue des champions vaut au LOSC de disputer la phase de groupe de la Ligue Europa cet automne. Faute de grives, on mange des merles*. 

Monaco, lui, disputera bien la C1 cette saison. Le tirage au sort de jeudi rend d’ailleurs possible une qualification alors que l’équipe de la Principauté figurait dans le chapeau 4, le plus mauvais**. Mais si les voyages en Europe s’annoncent bien pour le vice-champion de France, la Ligue 1 s’avère bien difficile pour le moment. Un échec d’entrée contre Lorient à Louis-II (1-2), suivi d’une nette défaite à Bordeaux (4-1), a insinué le doute chez les Rouge et Blanc, et le scepticisme chez les observateurs quant au réel potentiel monégasque. 

Les absences d’Eric Abidal (retraite), Emmanuel Rivière (Newcastle) et James Rodriguez (Real Madrid) n’excusent pas les approximations entrevues encore à Nantes dimanche dernier (succès 1-0 face à des Canaris qui auraient pu s’imposer avec un peu plus de réussite). Les errements du nouveau coach Leonardo Jardim, qui s’était notamment privé du régulateur Toulalan en milieu de terrain lors du premier match, ont perturbé le collectif mis en place la saison passée par Claudio Ranieri. 

Contre un ensemble difficile à bouger, qui sait parfaitement endormir l’adversaire pour mieux le tuer en contre-attaque, l’ASM devra miser sur son avantage technique en espérant que Falcao soit efficace devant le but (s’il joue car le Real Madrid semble ne pas avoir renoncé à engager l’attaquant colombien avant la fin du mercato d’été, lundi 1er septembre à minuit). Ce match en dira long sur les réelles possibilités de Monaco cette saison. Et sur l’intérêt d’un championnat phagocyté par le club de la capitale depuis deux ans.

* Lille  (groupe H), reversé en C3 après son échec en barrage de la Ligue des  champions, se retrouve sans doute dans le groupe le plus relevé, avec les  Allemands de Wolfsbourg, les Anglais d'Everton et les Russes de Krasnodar, qui  ont tout de même éliminé la Real Sociedad en barrages.

**  Pour son retour en C1 dix ans après sa dernière participation, Monaco a hérité d'un groupe homogène avec Benfica, le Zenit Saint-Pétersbourg et le Bayer Leverkusen.

Grégory Jouin @GregoryJouin