Lyon-Monaco
La joie des Monégasques après le premier but contre Lyon inscrit par Germain | AFP- Jeff Pachoud

Monaco l'emporte à Lyon

Publié le , modifié le

Monaco s'est imposé à Lyon (3-2) dimanche pour le compte de la 29e journée de L1, au terme d'une rencontre très enlevée et très tendue, au cours de laquelle les deux équipes ont eu chacune leur période. Ce succès pemet aux Monégasques de compter désormais 9 points d'avance sur Lille et d'assurer quasiment leur deuxième place.

Dans une rencontre marquée par un arbitrage à géométrie variable, parfois peu pertinent, parfois précipité, les Monégasques ont eu le bon goût de prendre rapidement l'avantage, ce qui leur a permis de s'appuyer sur cet avantage pour ne pas plier face à une vraie poussée lyonnaise après la mi-temps.  
Sans aucun doute, l'ASM doit beaucoup à son buteur bulgare Dimitar Berbatov, arrivé sur le Rocher au Mercato d'hiver et titularisé pour la deuxième fois seulement, L'ancien attaquant de Manchester United et de Fulham, a signé un deux buts et deux passes décisives, et a pesé de tout son poids dans une équipe monégasque globalement dominée.

Berbatov fait le travail

Berbatov a d'abord servi dos au but d'une passe en, retrait Valère Germain (4e), en position litigieuse, à la  réception d'un centre délivré de l'aile droite par Fabinho (4). L'ASM a doublé l'écart par James Rodriguez qui reprenait là aussi une autre passe en retrait de Berbatov, hors-jeu, après un centre délivré encore de la droite  par Mounir Obbadi (27). L'OL a réduit l'écart une première fois par Briand reprenant victorieusement un centre de la droite adressé par Miguel Lopes (32).

Des Lyonnais trop courts 

Puis Berbatov a ensuite marqué à son tour. Le Bulgare, encore hors-jeu sur la passe adressée par James, marquait de près pour aggraver le score à 3-1 (52). Ce qui porte à deux le nombre de buts qu'il a inscrits en championnat depuis qu'il a pris la place de Radamel Falcao, blessé au genou, dans l'attaque monégasque. Jimmy Briand a  ensuite réussi un doublé (3-2, 78e), après une sortie ratée de Subasic, concrétisant d'énormes séquences offensives lyonnaises alors que les hommes de Ranieri faisaient le gros dos sans jamais toutefois se désunir... Mais les Lyonnais n'ont jamais réussi à revenir à égalité, malgré toute la bonne volonté qu'ils ont montrée..

Hormis les buts qu'elle a marqués, l'AS Monaco n'a pas été trop rayonnante ni très dangereuse globalement sur cette rencontre. Elle a surtout géré la situation. Alors que du côté de l'OL, bien que trois buts concédés ont tous été entachés d'une situation de hors-jeu, les hommes de Garde -maussade après ce résultat et les circonstances- n'ont pas été exempts de tout reproche au plan défensif où ils ont été rapidement en difficulté.

Christian Grégoire