Kylian Mbappé Monaco
Kylian Mbappé, l'homme du match | VALERY HACHE / AFP

Monaco fait sauter la banque contre Montpellier

Publié le , modifié le

Un temps accrochée par Montpellier, L'AS Monaco s'est libérée pour finalement l'emporter 6-2 en ouverture de cette 10e journée de Ligue 1. Grâce à ce succès, les Monégasques reviennent provisoirement à un point du leader niçois alors que les Héraultais restent à trois longueurs de la zone rouge.

Jardim aime brouiller les cartes. Cette fois le coach portugais avait décidé de lancer deux jokers pour mener l'attaque de l'ASM, le revenant Radamel Falcao et l'impétueux Kylian Mbappé. Deux joueurs totalement différents mais qui avaient tous les deux beaucoup à prouver. Le Colombien était déterminé à démontrer que malgré l'âge et les blessures il n'était pas "fini" et le jeune Français qu'il méritait le temps de jeu que son entourage réclamait.

Finalement l'association de ces deux "revenchards" a payé, le premier marquant sur un pénalty provoqué par les dribbles de Mbappé et le second inscrivant le 2e but monégasque avant d'offrir une passe décisive pour Germain. Pourtant, tout ne fut pas simple pour les joueurs du Rocher qui avaient laissé beaucoup de gomme en Ligue des Champions face au CSKA Moscou (1-1) mais qui ont su donner le coup de rein nécessaire pour rester au contact du paquet de tête. La fébrilité de la défense montpelliéraine y a également contribué...

Une attaque princière

Tout avait pourtant bien commencé pour les Héraultais avec ce coup-franc de Boudebouz qui surprenait un Subasic au placement suspect (0-1, 9e) mais, sans être pour autant transcendants, les partenaires de Bernardo Silva allaient revenir au score sur une première inspiration de Kylian Mbappé qui, d'un seul crochet intérieur, déséquilibrait deux défenseurs et poussait Skhiri à la faute dans la surface. Falcao, serein, transformait la sentence (1-1, 36e).

A la reprise, le jeune international tricolore reprenait son show là où il l'avait laissé et donnait l'avantage aux siens d'un coup de tête bien placé (2-1, 49e). Montpellier relevait bien la tête sous l'impulsion d'un Sessegnon qui montait en puissance et grâce à un pénalty égalisateur de Boudebouz (2-2, 61e) mais la respiration était brève. Gemerson (64e), Germain (74e), Lemar (76e) et Traoré (88e) se chargeaient de leur replonger la tête sous l'eau, confirmant au passage toute la puissance offensive de l'ASM, déjà auteur de 29 buts en 10 journées... Une performance qui n'avait plus été vue en championnat de France depuis 44 ans (Nice) et qui fait de Monaco un prétendant incontestable au titre. 

Julien Lamotte