Monaco-Bastia
Rivière avait marqué au match aller contre Bastia. | VALERY HACHE / AFP

Monaco au révélateur bastiais

Publié le , modifié le

Après avoir tenu tête au PSG dimanche dernier (1-1), Monaco (2e) se déplace à 17h à Bastia (8e) pour rester au contact du leader parisien. Pas évident de renouer avec le succès en Corse où les hommes de Frédéric Hantz se mettent à rêver d’Europe. Un objectif partagé par Reims (7e) et Bordeaux (9e) qui s’affrontent à Auguste-Delaune. Quatre autres rencontres sont aussi au programme ce samedi à 20h : Lorient-Toulouse, Nice-Nantes, Rennes-Montpellier ainsi que Sochaux-Guingamp.

Ils y croient discrètement, sans l’afficher publiquement. Avec cinq points de retard sur Paris, Monaco a toutes les raisons d’y croire. Un troisième match nul d’affilée ou une défaite et leurs chances seraient hypothéquées. Avec une seule défaite à Furiani cette saison (9 victoires, 4 nuls), la tâche s’annonce difficile pour les hommes de Claudio Ranieri, même s’ils restent invaincus en Corse depuis 2002. L’entraîneur italien pourrait titulariser Berbatov en attaque après son but victorieux en Coupe de France à Nice mercredi (1-0). Un duel à suivre donc entre le Bulgare et le néo-bastiais Djibril Cissé. Arrivé le mois dernier, l’international français a débloqué son compteur cette semaine à Toulouse (3-1). Une victoire en match en retard, accompagnée d’une autre bonne nouvelle dans la foulée. La LFP a rendu son verdict dans l’affaire Traoré, entré en jeu pour Nantes contre Bastia en début de saison alors qu’il était initialement suspendu. Les Corses récupèrent trois nouveaux points au détriment des Canaris. Soit six en une semaine et les portes de l’Europe qui s’entrouvrent.

Les Nantais (11e) tenteront de récupérer ces points perdus à Nice (13e). Après deux revers consécutifs (contre Sochaux et Lyon), les Canaris veulent s’éviter une fin de saison sans enjeu. Eliminé de la Coupe de France par Monaco, les hommes de Claude Puel veulent de leur côté rapidement oublier cette désillusion. « Nous devons très vite basculer sur Nantes », avoue l’entraîneur de l’OGCN.

Rennes-Montpellier : malheur au perdant

Comme chaque saison en février, la marge est infime entre la course à l’Europe et le milieu de tableau. Reims et Bordeaux le savent et veulent donc rester accrochés au bon wagon. Avec un match en retard face à Lorient, Bordeaux peut même rêver du Top 5. Les Girondins devront néanmoins faire sans Orban (suspendu), Bréchet (gastro) et Jussiê (ischio-jambiers). Ils retrouveront en face un visage familier, celui de l’ancien bordelais Ayité. « C'est un match comme les autres, avoue le joueur rémois. Je suis parti du club il y a deux ans ou deux ans et demi. C’est oublié. Pour moi, c’est juste un match avec trois points à prendre. » Lorient (10ème) et Toulouse (12ème) conservent encore un petit espoir d’accrocher une place européenne. L’homme à suivre du côté du TFC, c’est Oscar Trejo, resté au club malgré un intérêt confirmé de l’Olympiakos. Les Toulousains compteront sur son talent pour s’éviter une lutte pour le maintien en fin de saison.

Rennes (15ème) et Montpellier (14ème) ne veulent pas glisser vers la zone rouge non plus. Les hommes de Philippe Montanier veulent rebondir après une défaite surprise à Ajaccio (1-3) et une seule victoire en huit matchs. Invaincus en championnat cette année, les Héraultais souhaitent eux aussi se remettre d’aplomb, après une élimination en Coupe de France inattendue cette semaine chez les amateurs de Cannes (0-1). La lutte pour le maintien, Sochaux (19ème) et Guingamp (16ème) y semblent condamnés pour de bon. Normal quand on a la moins bonne attaque (17 buts inscrits) et la moins bonne défense (46 buts encaissés) de Ligue 1 comme les Doubistes. Dans ce championnat de France très serré à tous les étages, certains comme Sochaux se cherchent encore un enjeu. Comme préparer au mieux la prochaine saison en Ligue 2.

Adrien Debargue