Michel
Michel n'a pas vraiment apprécié le contexte marseillais | BERTRAND LANGLOIS / AFP

Michel se tape Labrune, "un président de peu d'envergure"

Publié le , modifié le

Ca n'a jamais été le grand amour mais désormais Michel règle ses comptes avec Vincent Labrune, l'ex-président de l'OM. L'entraîneur espagnol a sévèrement taclé la gestion de Labrune, "un président de si peu d'envergure".

De toute sa carrière, Michel n'avait jamais vu ça. Si Marseille est un club différent, ce n'est pas toujours en bien selon le technicien ibère. "C'est un club en proie aux problèmes, à l'instabilité, qui était accentuée en particulier par le président de l'époque, un homme habitué à se mouvoir dans des situations troubles", a ainsi déclaré Michel dans une interview à la radio espagnole Onda Cero. "La pire chose que j'ai vécue là-bas, c'est qu'il y avait ce président, qui n'est plus là depuis. Tout le mal dans ce club venait du fait qu'il y ait un président de si peu d'envergure. Avant moi, il y avait des problèmes, après moi ils ont continué. C'est une situation assez anormale. Le football abrite un certain nombre de personnages comme le président qui était en fonction à ce moment-là", a-t-il lâché.

Toujours en co​nflit

Remplaçant de Marcelo Bielsa, Michel n'a jamais convaincu sur la Canebière. Il a finalement été démis de son poste après une longue série sans victoire à domicile. Son licenciement est toujours une source de conflit. Michel attend son indemnité de départ alors qu'il lui restait encore une année de contrat "Ils savent que j'ai un contrat blindé parce que selon la législation française concernant les entraîneurs, on doit te payer les années qui te restent à effectuer, comme ça a été le cas avec Laurent Blanc (au Paris SG, parti avec 22 M EUR d'indemnités selon la presse)", a estimé l'ancien joueur du Real Madrid. "Ce qu'ils essaient de faire, c'est de retarder les choses, parce qu'il y a un processus de vente du club et ils pensent peut-être : celui qui arrive (McCourt) s'en chargera", a conclu Michel.