Michel mis à pied par l'OM à la veille de Sochaux-Marseille, Passi et Boli assurent l'intérim

Michel mis à pied par l'OM à la veille de Sochaux-Marseille, Passi et Boli assurent l'intérim

Publié le , modifié le

Un communiqué de l'Olympique de Marseille est venu confirmer les informations qui bruissaient: "Compte tenu du comportement de Michel, notamment durant ces 3 dernières semaines, la SASP Olympique de Marseille l’a suspendu avec effet immédiat et convoqué à un entretien préalable." Très contesté, le technicien espagnol, arrivé après le départ de Bielsa, ne verra pas la fin de saison. Comme lors l'arrêt de l'Argentin, Franck Passi, l'adjoint, va assurer l'intérim, secondé par Basile Boli, qui passe d'ambassadeur à coordinateur sportif.

Avec seulement six points d'avance sur le premier relégable à quatre journées de la fin du championnat, l'OM vit une saison catastrophe. Quinze jours après avoir assuré que Michel, l'entraîneur, resterait en poste tout comme Vincent Labrune, le président, une semaine après avoir annoncé qu'elle mettait le club en vente, Margarita Louis-Dreyfus a décidé de trancher. Dans un communiqué, le club annonce la suspension de son technicien et sa convocation pour un entretien préalable, probablement à un licenciement. Mais ce ne sont ni les résultats ni la façon de jouer de l'équipe qui sont mis en cause: "Compte tenu du comportement de Michel, notamment durant ces 3 dernières semaines, la SASP Olympique de Marseille l’a suspendu avec effet immédiat et convoqué à un entretien préalable." Et la direction a décidé de confier, encore une fois, les rênes de l'équipe à Franck Passi, adjoint de Bielsa et aussi de Michel, tout en intégrant Basile Boli, jusque-là ambassadeur du club, comme "coordinateur sportif".

Très décrié depuis de longues semaines, tant pour ses résultats que par le manque de jeu de son équipe, quelques jours après avoir été critiqué vertement par Basile Boli, l'Espagnol se sentait de plus en plus seul. A l'issue de la défaite à Monaco (2-1) dimanche soir, il avait eu ses mots: "Nous avons une sensation de tristesse, d'abandon. Quand on voit que l'équipe n'a pas de réaction, il y a une sensation de laisser-aller. Tout ce qu'on a travaillé cette semaine ne s'est pas vu sur le terrain." Des paroles qui traduisent une impuissance de l'ancien milieu de terrain du Real Madrid, face à un groupe qui ne répond plus, et qui reste sur 7 matches sans victoire en championnat. Pire encore, hormis la victoire en quarts de finale de Coupe de France contre Granville (1-0) et le 8e de finale de cette même compétition face à Trélissac (2-0), l'OM n'a plus gagné depuis le 2 février.

Passi pour sauver ce qui peut l'être

Malgré tout, ce départ est une petite surprise, car cela intervient à la veille d'un match primordial, contre Sochaux. C'est en effet la dernière occasion pour les Olympiens de sauver ce qui peut l'être, en tentant d'accrocher une finale, et pourquoi pas un titre qui serait une 11e Coupe de France, synonyme de Ligue Europa la saison prochaine. Les dirigeants marseillais espèrent sans doute le traditionnel "effet psychologique" pour renouer avec la victoire. C'est Franck Passi, l'adjoint de Michel, qui en aura la responsabilité. Il prend encore une fois le rôle d'intérimaire, comme lorsque Marcelo Bielsa avait quitté le club à l'issue de la 1e journée, en début de saison.

Loin d'un Vélodrome particulièrement hostile à Michel ces dernières semaines, l'OM entame son opération sauvetage. Pour la reconstruction, il faudra attendre la fin de saison. Peut-être avec un nouvel actionnaire, qui aura un énorme chantier devant lui.

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze