Michel
Michel s'est dit surpris par la mentalité française | PASCAL PAVANI / AFP

Michel: "L'histoire se répète" pour l'OM

Publié le , modifié le

L'Olympique de Marseille a encore perdu des points au stade Vélodrome, "l'histoire se répète", a regretté son entraîneur, Michel, après le nul contre le Gazélec Ajaccio (1-1), dimanche pour la 18e journée de Ligue 1.

Comment expliquez-vous cette nouvelle contre-performance à domicile?
M:"Nous commettons des erreurs que ne devrait pas commettre une équipe qui  veut remonter au classement. L'histoire se répète, nous concédons un but sur  penalty et, quand nous avons plus ou moins le match en main, survient  l'exclusion, une exclusion injuste, je crois. Puis nous avons obtenu deux-trois  occasions, par Michy Batshuayi notamment. C'est clair que ce n'est pas  suffisant, nous voulons mieux et nous devons faire mieux."
   
La fatigue, après sept matches en trois semaines, a-t-elle joué un rôle  important?
M:"Mais il me semble que mon équipe, à dix, s'est imposée physiquement au  Gazélec Ajaccio. En concrétisant nos occasions, nous nous serions imposés."
   
Votre équipe est entrée mollement dans son match, était-ce une consigne  après avoir regretté quelques fois qu'elle se jette un peu trop à l'assaut à  domicile?
"Je vous assure que le plan est le même, l'idée de jeu est la même qu'on  joue à domicile ou à l'extérieur. Il y a un chiffre que vous pourrez aisément  vérifier: nous avons perdu une quinzaine de ballons en phase de possession.  Nous souffrons moins de cela à l'extérieur."
   
Êtes-vous déçu ou en colère?
M:"Un peu tout cela à la fois. Tout se répète, avec une haute fréquence,  les situations ne tournent pas en notre faveur. Mais nous suivons notre chemin,  nous donnons les mêmes instructions à l'entraînement, il faut travailler."
   
Allez-vous vous renforcer au mercato?
M:"Cette question, on me la pose à chaque fois quand on ne gagne pas! Je  ne vais pas répondre, c'est le domaine du président."
   
Qu'avez-vous pensé de l'arbitrage?
M:"Je ne parle jamais des arbitres, je préfère me taire. J'ai juste compté  le nombre de penalties et d'exclusions contre nous, à Toulouse, contre Lyon,  aujourd'hui... Je pense qu'il n'y avait pas matière à exclusion (pour Barrada,  ndlr), quiconque a joué au foot sait que c'est un tacle pour avoir le ballon,  sans intention de blesser, une situation courante. Je pense que c'est évident."