Falcao
Radamel Falcao. | PATRICK HERTZOG / AFP

MHSC-ASM : Falcao, lève-toi et marque

Publié le , modifié le

Il devait mener la vie dure à Zlatan Ibrahimovic et Edison Cavani, mais il n'a justifié que partiellement les sommes astronomiques placées en lui. Alors que la Ligue 1 reprend ses droits ce vendredi soir (Montpellier-Monaco, 20h30), "El Tigre", largement distancé au classement des buteurs par la superstar suédoise du PSG, doit montrer les crocs. Après tout, n'est-il pas censé être l'un des meilleurs attaquants au monde ?

41 buts en 51 matches avec Porto, 52 buts en 68 matches avec l'Atletico, deux fois vainqueur de la Ligue Europa (2011, 2012), une Supercoupe d'Europe, un titre de champion de Portugal... Radamel Falcao, 27 ans, a de quoi séduire. L'arrivée sur le Rocher en juillet dernier de l'ancien avant-centre des Colchoneros sonnait comme une réponse à la politique de recrutement clinquante du PSG, l'air de dire :"nous aussi, nous sommes là". Convoité par les plus grandes écuries européennes, le Colombien avait choisi le cossu promu épargné par les taxations fiscales du gouvernement. Le coup était énorme. Pourtant, à la mi-saison, Falcao est presque semé par Ibra (15 buts), n'a pas plus marqué qu'Alexandre Lacazette (les deux sont à 9 buts) et se retrouve éjecté du podium par Vincent Aboubakar (11 buts), arrivé à Lorient l'été dernier pour pas un rond. 

Une image écornée ? 

Ne tombons pas non plus dans l'hyperbole : statistiquement, Radamel Falcao n'est pas à ranger dans la catégorie des déceptions. Auteur de 9 buts en 15 rencontres, le Colombien tourne à plus d'un but tous les deux matches, et reste en ce sens relativement efficace. Mais les circonstances de sa blessure, qui l'a tenu éloigné des pelouses de l'Hexagone pendant près d'un mois, restent énigmatiques. Lui a invoqué un "problème physique" sans véritablement en préciser la nature :"je n’ai pas joué parce que j’ai eu un problème physique, et ce n’était pas pertinent de jouer. C’était risqué, ce n’était pas une grave blessure, mais sans les soins nécessaires ça aurait pu se convertir en quelque chose de pire". La communication silencieuse du club monégasque a cristallisé les doutes concernant la véritable raison de son absence. Les questions sur son avenir ont fusé (un intérêt de Chelsea ?), jusqu'à remettre en cause son envie de jouer sous le maillot frappé de la couronne. De retour contre Valenciennes à la mi-décembre, "El Tigre" débutait la partie sur le banc, avant de signer son retour en deuxième mi-temps et de manquer un penalty. Un geste qu'il ne manque jamais.

2014, l'année de Falcao ?  

Orphelin de son meilleur buteur, Claudio Ranieri, le coach de l'ASM, s'en remet à la patte gauche de James Rodriguez, enfin revenu à son meilleur niveau. Repositionné en soutien de Rivière et Martial, "El Bandido" a pris le relais de son compatriote et a offert de nombreux points à la formation princière. Devant, les deux avant-centres français apportent entière satisfaction : Rivière, auteur de 8 buts depuis le début de la saison étonne, et Anthony Martial, 18 ans, justifie enfin son indemnité de transfert (5M€ en provenance de Lyon). Excepté une dernière défaite contre Valenciennes (1-2), les partenaires d'Eric Abidal ont fait plus que tenir la dragée haute en dépit de l'absence de leur buteur vedette.

Mais contre Vannes (3-2), opposé aux opulents monégasques en coupe de France, Falcao a non seulement retrouvé le chemin des filets, mais a aussi offert une passe décisif à son principal pourvoyeur de ballon, James Rodriguez. "Falcao est revenu avec nous, et il va bien", avait déclaré tout sourire Raggi au sortir de la rencontre. "C'est important pour lui de marquer, car c'est un buteur". De son côté, Claudio Ranieri s'est félicité de l'état de forme d'"El Tigre", promettant que "désormais, il (Falcao) va marquer normalement".

Probablement touché dans son orgueil après avoir été poussé du podium des meilleurs buteurs, ses détracteurs peuvent s'attendre au retour de bâton.

Jean Charbon