A Rennes, Lucas Ocampos a marqué dès son premier match avec l'OM.
A Rennes, Lucas Ocampos a marqué dès son premier match avec l'OM. | AFP

Même avec Ocampos, l'OM est accroché à Rennes et ne prend pas la tête

Publié le , modifié le

Tenu en échec à Rennes (1-1), Marseille a manqué l’occasion de s’emparer provisoirement du fauteuil de leader avant le choc Lyon-PSG de dimanche. L’équipe de Marcelo Bielsa, toujours aussi fébrile à l’extérieur, s’en est remis à sa recrue Lucas Ocampos pour arracher le nul.

Non, l’OM n’a pas repris les commandes de la Ligue 1, en attendant le choc de cette 24e journée entre Lyon et Paris. Non, l’OM n’a toujours pas mis un terme à quatre mois sans succès à l’extérieur. Mais au moins, l’OM ne s’est pas trompé en enrôlant Lucas Ocampos.  Fraîchement arrivé de Monaco, l’ailier argentin n’a pas manqué ses débuts sous le maillot marseillais. A Rennes (1-1), un quart d’heure lui a suffi pour trouver le chemin des filets. Ocampos avait remplacé Romain Alessandrini à la pause. Il a repris de volée, au premier poteau, un corner de Dimitri Payet (1-1, 60e).

La 24e journée de Ligue 1

Le classement

Sans lui, l’équipe de Marcelo Bielsa – deuxième à un point du leader lyonnais - aurait concédé un quatrième revers consécutif en déplacement. Car la défense olympienne, privée de Nicolas Nkoulou, avait cédé à la demi-heure de jeu, sur une ouverture de Sylvain Armand, remisée intelligemment de la tête par Vincent Pajot (1-0, 27e) et convertie par Ola Toivonen (1-0, 27e). Le Suédois a ainsi mis un terme à un long mutisme : il n’avait plus marqué depuis le 29 novembre, contre Monaco (2-0). Mais Rennes tourne toujours au ralenti. Les Bretons, scotchés au 10e rang, n’ont gagné aucun de leurs huit derniers matches de Ligue 1. Malgré l’expulsion de Mario Lemina dans les dernières minutes (83e).

Réactions

Marcelo Bielsa (entraîneur de Marseille):  "Le match a été équilibré. On a bien commencé mais sans profondeur. Et la  deuxième moitié de la première période, on a perdu la possession de balle. On  n'a pas pu attaquer et défensivement, on a souffert. En deuxième période  l'attitude a été meilleure, la production de l'équipe aussi. On aurait pu  profiter, après le but, d'occasions pour faire mieux, mais l'expulsion a freiné  la manière de jouer de l'équipe. Nous sommes une équipe faite pour attaquer.  Les latéraux attaquent plus qu'ils ne défendent et on a quatre attaquants purs.  Cela fait sept joueurs offensifs. Seuls le milieu défensif et les défenseurs  n'ont pas de fonction offensive. Mais aujourd'hui tout ce dispositif ne s'est  pas traduit par une équipe dangereuse offensivement pour l'adversaire".
   
Philippe Montanier (entraîneur de Rennes): "Les matches contre Marseille  sont toujours difficiles, âprement disputés et ils ont de la qualité.On voit  bien qu'il ne faut pas laisser d'espace sinon ça peut vite faire la différence.  Mais de la frustration, oui (on en a), parce que le fait de mener au score, on  a pas concédé beaucoup d'occasions et on sent qu'on a aussi des opportunités,  qu'on négocie pas toujours très bien techniquement, mais on les a. On a le  sentiment avec les évènements qu'on était plus près de la victoire que du nul.  (Concernant l'absence de Ntep au coup d'envoi) C'est difficile qu'il joue tout  le match actuellement. Il revient de sa blessure qui va de mieux en mieux. Il y  a pas de risques qu'il se reblesse, je pense qu'il est à 100% mais je ne pense  pas qu'il puisse jouer 100% une heure et demi pour le moment".