Maurice-Belay: "jouer les trouble-fête"

Maurice-Belay: "jouer les trouble-fête"

Publié le , modifié le

Revenu dans la course à l'Europe au prix d'un début d'année presque parfait (4 victoires, 1 nul), Bordeaux, qui se déplace samedi chez le dauphin du championnat Montpellier, entend "jouer les trouble-fête jusqu'à la fin de saison", a déclaré ce jeudi son attaquant Nicolas Maurice-Belay.

Q: Ca doit être plus agréable d'être dans votre situation qu'il y a trois mois ?
R: "Bien sûr. Le début de saison était très difficile, on avait un peu honte, c'est mieux ces derniers temps. C'est toujours dû aux résultats. Quand tu gagnes, même si des fois il n'y a pas la manière, c'est toujours positif et tu as toujours le sourire. Ce qui a changé, c'est qu'on prend moins de buts et qu'on en marque plus. Il y a aussi le facteur chance qui nous aide beaucoup. Par exemple, ce match contre Lyon ressemblait plus à un 0-0 et on a su marquer sur coup de pied arrêté, ce qui a fait toute la différence. Notre priorité est de rester dans cette continuité et en même temps jouer les trouble-fête jusqu'à la fin de saison".

Q: Vous aviez bousculé Montpellier à l'aller (2-2). Peut-on imaginer un scénario identique à la Mosson ?

R: "Oui c'est possible. Après, le contexte de l'aller est différent, on avait pris un carton rouge très rapidement et on était déjà dans une situation délicate au classement. On avait montré de belles choses, malheureusement ce match était un peu à l'image de tout ce qui s'était passé en début de saison, à savoir beaucoup d'envie mais au final pas de réussite avec nous".

Q: Après leur nul à Paris (2-2), misez-vous sur une décompression de Montpellier ?
R: "Non, car ils ont quand même un coach qui est toujours là pour les mettre sous pression, leur rappeler qu'ils n'ont rien gagné. Après, ils ont la tête sur les épaules. Contre Paris, on aurait pu penser qu'ils ne seraient pas à la hauteur, alors que c'est Paris qui ne l'a pas été. Ils ont été très forts. Contre nous, ils ne vont pas baisser de pied, ils seront à la hauteur de l'évènement".

Q: Le trou semble fait avec la 10e place. Vous ne regardez plus que vers le haut désormais ?
R: "On ne va pas se mentir, on est plus près de l'Europe que de la zone des relégables. Mais il faut rester sur cette bonne dynamique, ne pas s'enflammer pour continuer à être performant. Notre collectif fait notre force, on se bat les uns pour les autres. Même si nos matches ne vont pas être d'une qualité technique très bonne, au moins on va essayer d'être le plus emmerdant pour l'adversaire. On est plus une équipe typée +0-0+ en attendant un contre qu'une équipe conquérante".

AFP