Dabo Isla Manquilla Montpellier Marseille
Dabo (Montpellier) pris dans la tenaille marseillaise (Isla et Manquilla) | PASCAL GUYOT / AFP

Marseille surmonte Montpellier et les obstacles

Publié le , modifié le

L'OM a confirmé ses dispositions en déplacement en s'imposant à Montpellier lors de la 24e journée de Ligue 1 (0-1). En infériorité numérique après l'expulsion de Florian Thauvin, qui n'est resté que dix minutes sur le terrain, l'équipe de Michel a su faire preuve de caractère et préparé au mieux le Classico contre le Paris Saint-Germain dans cinq jours.

Heureusement pour Florian Thauvin, Marseille n'a pas eu à pâtir de son expulsion et ne s'est pas fait rejoindre au score... L'ex-attaquant bastiais qui a abandonné ses coéquipiers alors que ces derniers venaient d'ouvrir le score, aurait été voué aux gémonies dès son retour en championnat. Pour le coup, il est "juste" bon pour être de nouveau la risée de ses détracteurs... En attendant, les hommes de Michel se replacent provisoirement à la 6e place, à 3 points du podium. 

L'OM avait choisi d'offrir une première titularisation au jeune Antoine Rabillard (20 ans), laissant la "nouvelle" recrue Florian Thauvin sur le banc au coup d'envoi. En dépit des efforts de l'espoir local, la première période des Phocéens était désespérément pauvre offensivement. En 45 minutes, Marseille n'allait tirer que deux fois au but, sans réussir à cadrer. Côté montpelliérain, c'était à peine mieux, si ce n'est que le système mis en place par Frédéric Hantz semblait définitivement assurer une meilleure sécurité à l'équipe héraultaise. Et si cette dernière subissait la domination territoriale des visiteurs (60% de possession de balle), l'indigence des attaques olympiennes les mettait à l'abri du danger. Steve Mandanda, lui, en profitait pour prouver de nouveau son niveau international en détournant une frappe de Jonas Martin (24e), la seule digne de ce nom lors de ce premier acte (24e).

Thauvin, la période noire se poursuit

En seconde période, les choses allaient s'accélérer. Heureusement pour le spectacle. C'était d'abord Florian Thauvin qui faisait son retour sur les pelouses de Ligue 1 à la 59e minute. L'ex-attaquant de Newcastle assistait quelques instants plus tard à l'ouverture du score par ses coéquipiers, Nkoudou suivant parfaitement un mouvement amorcé par Alessandrini pour tromper Pionnier (0-1, 68e). Mais le bonheur de Thauvin allait être de courte durée puisque dans la minute qui suivait le but marseillais, il se signalait par un tacle très mal maîtrisé sur Hilton qui lui valait un carton rouge direct (69e) ! S'il rêvait d'un retour triomphant en France, après une expérience douloureuse en Premier League, c'était raté...

Réduit à dix, l'OM courbait l'échine mais parvenait tant bien que mal à contenir les assauts des Montpelliérains, grâce notamment à Mandanda, vigilant sur un centre-tir de Yatabaré (81e) ou une frappe de Sami (89e). Toujours aussi à l'aise loin de leurs bases (6e victoire à l'extérieur), les Marseillais sont sur la bonne voie au moment d'affronter le PSG. Le problème, c'est que cela se passera au Vélodrome. 

Déclarations : 

Michel (entraîneur de Marseille):  "L'entrée de ses deux joueurs, Romain Alessandrini et Florian Thauvin a été  très importante pour nous, mais il faut reconnaître aussi le travail de Bouna  Sarr et Rabi (Antoine Rabillard) depuis le début du match. Mais la qualité de  ses deux joueurs a fait changer le match. Notre première période a été  mauvaise, à cause de beaucoup d'imprécisions et c'était difficile de prendre  l'ascendant, et à dix nous avons aussi bien joué qu'à onze. (Sur Thauvin exclu)  Il avait trop d'envie, il a demandé pardon à ses coéquipiers, mais le carton  jaune aurait peut-être été plus juste sur cette action."

Frédéric Hantz (entraîneur de Montpellier): "On n'a pas gagné ce match en  première période et on l'a perdu en seconde, ils ont des joueurs de côté qui  nous ont fait mal avec leur percussion, Sarr, Thauvin, Nkoudou... Mais en  première période, Marseille n'est jamais venu dans notre surface, nous on a eu  des situations qu'on n'a pas concrétisées par manque de précision. Les  situations de jeu était là, à 25-30 mètres, mais on n'a pas pu les amener dans  la surface. Sur le but cela se joue à peu de choses, mais l'enchaînement de  Marseille est très bien joué."

Julien Lamotte