arrêt Guillermo Ochoa
Guillermo Ochoa (Ajaccio) face à la menace marseillaise | AFP - GERARD JULIEN

Marseille respire, Montpellier s'affirme

Publié le , modifié le

Mal en point avec une seule victoire en dix matchs, Marseille a renoué avec le succès, samedi soir, à l’occasion de 11e journée de Ligue 1, en battant Ajaccio (2-0). Les Corses, après leur revers et la victoire de Nancy face à Nice (1-0), deviennent lanterne rouge. Pour Bordeaux, la situation reste préoccupante après un nul (1-1) face à Brest. En revanche, tout va bien pour Montpellier, victorieux 3-1 à Caen et désormais co-leader avec le PSG qui joue dimanche.

Marseille prend l'air

C’était pas gagné. Après trois matchs nuls consécutifs en championnat et une défaite, mercredi, face à Arsenal en Ligue des Champions, les Marseillais faisaient la moue. Comme leurs supporters. Ces derniers n’ont d’ailleurs pas caché leur mécontentement, ce samedi, lors de la réception d’Ajaccio. "Silence on coule!": tel était en effet le mot d'ordre des groupes de supporteurs, qui figurait sur au moins sept banderoles. Un moyen de protester contre l'apathie des joueurs marseillais face aux mauvais résultats de ce début de saison. Des résultats indignes du club comme l’a récemment rappelé Margarita Louis-Dreyfus, propriétaire de l’OM. Et il faut croire que les hommes de Didier Deschamps n’y sont pas restés insensibles. Face au promu corse, encore plus à la peine puisque relégable, les Phocéens ont réagi. Un but d’André Ayew à la demi-heure de jeu leur a permis de prendre les manettes de la rencontre. En seconde période, l’attaquant Ghanéen a confirmé la suprématie marseillaise en s'offrant, du même coup, un joli doublé de la tête (2-0 à la 50e). Si la défaite était au bout du chemin, les Corses pouvaient toutefois remercier leur gardien. Plein de talent et de panache, le Mexicain Guillermo Ochoa a en effet limité les dégâts grâce à de multiples arrêts. Au classement, Marseille reprend des couleurs en même temps que trois places (12e) tandis que pour Ajaccio, l'heure est grave puisque la formation corse est désormais lanterne rouge.

Montpellier fait le trou… normand

Le feu de paille est devenu un incendie qui ne cesse de se propager. Annoncé comme l’équipe surprise de ce début de saison, Monpellier continue d’enchaîner les succès si bien que voir le club héraultais gagner est tout… sauf une surprise ! Vainqueur à Caen, le club de Louis Nicollin a rejoint le PSG, qui compte toutefois un match de plus à jouer, en tête du classement de la Ligue 1. Des buts signés Yanga Mbiwa (14e) et Utaka (20e) ont rapidement scellé le sort d’un match que les hommes de René Girard auront marqué de leur réalisme. L’expulsion de Marveaux, à la 65e minute, ne changeait rien à la donne. Au contraire, Montpellier en rajoutait même une couche grâce à une nouvelle réalisation de Belhanda (79e). La réduction du score par Nivet sur pénalty était purement anecdotique (82e), si ce n’est qu’elle entraînait également l’expulsion du coach montpelliérain mécontent de cette décision, mais elle n’empêchait pas la fin de série pour Caen, qui restait sur une série de cinq matchs sans défaite.

Bordeaux s’étouffe

La seule bonne nouvelle pour les Girondins est que la réaction d'orgueil souhaitée par l'encadrement et le public est enfin arrivée. Mais pas la victoire... . Francis Gillot aura donc peu de motifs de satisfaction après le match nul concédé face au Stade Brestois. Au moins les Bordelais auront-ils montré beaucoup plus d’envie que lors de leur précédentes sorties mais quand la confiance n’est pas là… Face à une équipe bretonne qui n’a toujours pas gagné en Ligue 1, les Marine et Blanc ont longtemps dominé, ils ont même ouvert le score par Gouffran (52e) mais, pour la cinquième fois depuis le début du championnat, ils se sont fait rejoindre au score ! Cette fois, c’est le Brestois Ben Basat (63e) qui a réduit leurs efforts à néant. Un arrêt exceptionnel d'Elana, dans les arrêts de jeu, prolongeait même cruellement le supplice. Et le public du Stade Chaban-Delmas attend toujours la première victoire de ses protégés sur leur pelouse en 2010-2011…"Dans la situation où on est, si on se décourage, on est mort. Il faut absolument garder espoir, se reposer sur les choses positives et grappiller des points jusqu'à la trêve. Il n'y a pas d'abattement", déclarait, positif, Francis Gillot après le match.

Nancy retarde l’asphyxie

En quête de leur premier succès de la saison, les Nancéiens ont enfin touché au but. A domicile, face à Nice, les Lorrains ont battu les Aiglons grâce à un but de Daniel Niculae en début de deuxième mi-temps (1-0). Ce succès, plutôt inespéré, et la défaite d’Ajaccio à Marseille, permet à Nancy de céder sa place de lanterne rouge aux Corses. Mais l’embellie sera-t-elle de longue durée ? Rien n’est moins sûr vu le programme à venir. Le week-end prochain, l’ASNL aura en effet du pain sur la planche à Montpellier, dauphin du PSG.

La décla : Christophe Galtier, entraîneur de Saint-Etienne

"Cela fait cinq matches sans défaite dont deux victoires importantes. Nous avons 16 points en 11 journées. Il faut être satisfait. Dans 48 heures, certains auront oublié le tir sur la barre, les arrêts décisifs, nos maladresses et nos mauvais choix".

La Stat : 0

Comme le nombre de buts, et presque d'occasions, entre Lorient et Toulouse, qui s'affrontaient lors du match décalé de la soirée. Un score presque inéluctable puisque la meilleure défense à domicile, celle des Bretons, affrontait la meilleure défense à l'extérieur. Autre statistique qui ne plaidait pas en faveur d'un score fleuve : lors des six Lorient-Toulouse de l'histoire, jamais il n'y avait plus de deux buts au Stade du Moustoir. Ce match va encore faire baisser la moyenne...

Isabelle Trancoën