Rudi Garcia
Rudi Garcia a des maux de tête avec son OM | BORIS HORVAT / AFP

Marseille : pour Garcia, l'OM est revenu là où il doit être "a minima"

Publié le , modifié le

L'effet Garcia commencerait-il à opérer du côté de l'Olympique de Marseille ? Arrivé sur le banc de touche du club phocéen il y a deux mois, Rudi Garcia a réussi à remonter l'OM dans le top 6 après la victoire de Bafé Gomis et des siens mercredi soir face à Bastia (2-1). "On est revenu là où l'OM doit être a minima" s'est félicité le coach olympien en conférence de presse

"Au niveau du classement, on ne pouvait pas faire mieux, c'est vraiment très bien", s'est félicité mercredi Rudi Garcia, vainqueur à Bastia (2-1) et qui termine l'année 2016 6e de L1.  "On n'est qu'à la moitié du championnat, on est revenu là où l'OM doit être a minima", a estimé l'entraîneur de l'Olympique de Marseille en conférence de presse à Bastia. "Les quatre premiers sont très loin mais on est à mi-championnat. Après, il y aura des matches difficiles en janvier et il faudra être prêt."

4 victoires consécutives, du jamais vu depuis un an et demi

Grâce à un but dans les arrêts de jeu du Camerounais Clinton Njié, Marseille a enchaîné une quatrième victoire d'affilée en L1, série inédite depuis mai 2015, et passera les fêtes de fin d'année à égalité de points avec le 5e, Guingamp. "On a un groupe avec un mental fort, qui croit en ses capacités, avec des joueurs qui sont une vraie plus-value quand ils rentrent, que ce soit pour défendre l'acquis ou offensivement", a-t-il poursuivi. 

De quoi dresser un premier bilan positif des premiers pas de Rudi Garcia, arrivé au soir de la 9e journée au chevet d'une équipe péniblement 12e, et qui, avec 30 points, termine l'année 2016 aux portes des places européennes. Toutes compétitions confondues, son bilan est de six victoires, trois matches nuls sans encaisser de but contre des "gros" (Saint-Etienne, Bordeaux et bien sûr le Paris SG au Parc des Princes), pour trois défaites contre Montpellier (3-1), Monaco (4-0) et Sochaux en Coupe de la Ligue aux tirs au but.

AFP