André-Pierre Gignac
André-Pierre Gignac et son entraîneur à l'OM, Elie Baup | AFP - ANNE-CHRISTINE POUJOULAT

Marseille ne doit pas se relâcher

Publié le , modifié le

L'Olympique de Marseille a l'occasion de revenir à hauteur de Lyon en cas de victoire contre Ajaccio vendredi en match avancé de la 29e journée. Les hommes d'Elie Baup qui ont résisté aux Lyonnais le week-end dernier, n'ont pas le droit à l'erreur sous peine de se voir distancer par l'OL et le PSG et aussi de se faire dépasser par Saint-Etienne et Nice qui ne sont qu'à deux points.

"L’OM est un grand club dans le championnat, l’ambition doit être là, on doit faire le maximum. L’objectif réel est d’être cinquième mais si on peut s’accrocher à la troisième place on le fera. On est sur le podium, on va essayer d’y rester". En conférence de presse mercredi, Elie Baup a rappelé l'obligation de résultats. Il a aussi voulu maintenir la pression sur un groupe qui est toujours en lice pour une place qualificative en Ligue des Champions. Peut-être est-il inquiet pour son équipe? Car les Olympiens sont poussifs ces derniers temps : des "petites" victoires face à Valenciennes et Troyes au Vélodrome après une défaite contre Nancy, un revers contre le PSG et un nul à Gerland.

Des résultats qui leur assurent encore une place sur la troisième marche du podium… Mais, même s'ils veulent continuer à "regarder devant", comme l'expliquait Lucas Mendes mercredi, l'OM a aussi un œil dans le rétroviseur où pointent les silhouettes de Saint-Etienne et Nice (à deux points). "Au moindre faux pas de notre part, ces équipes peuvent nous faire perdre notre troisième place. Mais je préfère regarder devant plutôt que derrière", assurait le défenseur central argentin. La venue d'Ajaccio vendredi soir au Vélodrome est l'occasion de prendre un peu d'air.

Continuer la série

Le revers face à Nancy (1-0) au Vélodrome au début du mois de février a été gommé par les deux succès consécutifs contre Valenciennes (1-0) et Troyes (2-1). Contre un autre mal-classé (Ajaccio est 13e), l'OM a l'occasion d'enregistrer un troisième succès d'affilée sur sa pelouse et d'égaler sa série du début de saison où les hommes d'Elie Baup, alors leaders de Ligue 1, avaient enchaîné trois victoires entre la 2e et la 6e journée. Pour cela, l'OM doit soigner son inefficacité offensive symbolisée par André-Pierre Gignac, auteur de 4 buts lors des 10 dernières journées contre 5 lors des 10 premières de la saison. Bonne nouvelle pour l'ancien toulousain, il évoluera dans son jardin du Vélodrome où il a inscrit 6 de ses 9 buts.

Autre joueur, cette fois directement visé par Elie Baup : Modou Sougou. L'attaquant arrivé cet hiver en provenance du club roumain de Cluj "a marqué des points" face à Lyon, a reconnu Elie Baup, "mais ce n’est pas de la boxe. Il y a la note de style et la note d’efficacité. Je souhaite qu’il marque des buts". Un défi réalisable face à la 11e défense de Ligue 1 et face à un club qui n'a gagné que deux fois à l'extérieur cette saison. La dernière à Toulouse remonte au 10 novembre dernier (12 journée).

Retrouvailles

Cette rencontre sera spéciale pour Albert Emon, actuel entraîneur des Ajacciens, qui fera son retour dans un stade où il a officié en tant qu'entraîneur à deux reprises, entre décembre 2001 et mai 2002, puis lors de la saison 2006-2007, avant son licenciement en septembre de cette année-là. Arrivé sur le banc de l'équipe corse en décembre dernier, il sera pour la première fois sur le banc de l'équipe qui se déplace au Vélodrome. Pas sur que les Olympiens fassent des sentiments contre une équipe qu'ils ont dominé 9 fois en 13 confrontations (2 nuls et 1 défaite). Pour "regarder devant", c'est même primordial.