Cheyrou OM Brest
Les Olympiens félicitent Benoît Cheyrou après son ouverture du score sur coup-franc. | ANNE-CHRISTINE POUJOULAT/AFP

Marseille garde ses habitudes

Publié le , modifié le

Mis sous pression après la victoire de Lyon à Montpellier hier soir, Marseille n’a pas flanché face à Brest en s’imposant sur la plus petite des marges (1-0). De leur côté, les Bretons continuent de s’enfoncer dans la zone rouge et voient la Ligue 2 s’approcher à grand pas.

Brest n’arrive décidément pas à faire mentir les statistiques. L’équipe qui a le plus subi de défaites en Ligue 1 cette saison n’avait jamais gagné ni gardé sa cage inviolée face à Marseille en championnat (2 nuls et 7 défaites). A cause d’un but concédé sur coup franc dans les arrêts de jeu de la première période, les Brestois poursuivent leur chemin de croix et permettent à Marseille de reprendre sa deuxième place. 

Cheyrou assomme Brest

Comme souvent depuis le début de saison, Marseille aura misé sur une grande rigueur défensive et un réalisme glaçant pour l'emporter sur la plus petite des marges face à un adversaire mal en point. Le début de match est plaisant, le ballon circule bien, Marseille maitrise le ballon mais ne parvient pas à contourner les lignes adverses et se contente de faire circuler la balle sur la largeur. Brest ne démérite pas et fais l'effort au pressing tout en s'appliquant à conserver une grande discipline défensive. 

Avec seulement deux tirs (non-cadrés) marseillais et aucune occasion à signaler, tout porte à croire qu'aucune différence ne sera faite à l'issue du premier acte. C'est mal connaître Marseille, qui prend toujours un malin plaisir à frapper quand on l'attend le moins. Dans le temps additionnel de la première période, Romao obtient un coup franc suite à un rush solitaire. Une occasion que ne laisse pas passer Benoît Cheyrou en enveloppant le ballon au dessus du mur (45+1). Marseille ouvre le score et Brest prend un coup sur la tête.  

Sixième défaite de rang pour Brest

Bien que légèrement plus enlevée, la deuxième période ne soulève pas les foules. Malgré une ou deux situations chaudes, comme cette action personnelle de Chafni conclue d'une frappe sèche mais repoussée par Mandanda (75e), les Phocéens ont géré leur avantage en faisant preuve de solidité pour assurer l'essentiel : les trois points, qui rendent aux Marseillais cette deuxième place et leur permettent de revenir provisoirement à six points du PSG, qui affronte Nice dimanche soir. 

Pour Brest, la crise est plus que jamais d'actualité avec cette sixième défaite de rang. Déjà miné par des conflits internes, la situation du Stade Brestois ne cessee de se dégrader sur le plan sportif. Avant-dernier de Ligue 1 à trois points du premier non-relégable, Brest pourrait voir ses concurrents s'échapper. D'autant plus que son calendrier terrible (Rennes, Montpellier, PSG) ne lui offrira pas une fin de saison de tout repos. 

 

 

Victor Patenôtre