Marseille Lucho tête dans mains 122010
Lucho Gonzalez (Marseille) se prend la tête à deux mains | AFP - GERARD JULIEN

Marseille et Valenciennes concèdent le nul chez eux

Publié le , modifié le

Pas de vainqueur dans les deux derniers matches en retard de Ligue 1. Marseille s'est même fait très peur au Vélodrome face à une bonne équipe rennaise. Mandanda a repoussé un penalty en début de rencontre et préserve le nul 0-0. En fin de match, c'est Lucho qui a raté la balle de match. A Valenciennes, les Verts, grâce à Rivière, ont failli réussir le hold-up parfait mais un but somptueux de Danic a récompensé la formation nordiste (1-1).

Le trou n'est pas fait ! Si Marseille dispose désormais d'un point d'avance sur Lille et Brest, les Phocéens ne passeront pas l'hiver au chaud. Et encore, ils peuvent s'estimer heureux d'avoir pris un point contre Rennes (0-0). Remontés comme des coucous, les Bretons ont pressé l'OM d'entrée. Abandonné par sa défense, Mandanda a provoqué le premier penalty de la soirée (6e). Un deuxième tout aussi évident aurait dû être sifflé sur une grosse faute de Heinze sur Kembo (14e). Malgré cela, Marseille n'encaissait pas de but puisque son gardien sortait le tir au but de Kembo. Si par la suite le jeu était plus équilibré et très alerte, aucune équipe n'arrivait à faire la différence.

"Je pense qu'après cinq minutes, on aurait dû se retrouver à 11 contre 10. Pourquoi expulse-t-on ailleurs et pas ici ?"Frédéric Antonetti

Rennes, avec l'incisif Doumbia entré en jeu, ne reniait rien en effet de ses ambitions offensives et il fallut encore un grand Mandanda pour éviter le pire. D'abord sur un tir puissant des 30 m de Mvila (58e), ensuite sur un tir croisé de Montano (66e). Le dernier mot aurait pû rester aux Provençaux mais Lucho ratait l'immanquable en deuxième période. Parfaitement décalé par Brandao dans la surface, Lucho, seul face à Douchez, tirait trop à gauche alors que le Vélodrome s'y voyait (73e). Marseille sauvait sa place de leader que Rennes convoitait. Les Bretons n'ont peut-être pas dit leur dernier mot.

Dans le Nord, la météo était "clémente" avec seulement -4° sur la pelouse mais des conditions de jeu correctes. Sur un terrain maudit ces dernières saisons (4 défaites de  rang), St-Etienne cherchait à tester sa solidité. C'est grâce à la baraka de Janot que VA ne remportait pas le match. Le portier stéphanois s'est montré décisif devant le plat du pied de Pujol (6e), le coup franc de Cohade (64e) ou encore un boulet d'Aboubacar (83e) tandis qu'il était suppléé par sa transversale, sur un coup franc de Cohade (44e), et par la tête de Battles sur sa ligne devant Baldé (65e).

L'ASSE s'en sort donc très bien même en concédant l'égalisation de Danic alors que Rivière avait ouvert le score en début de match. Sur un débordement de Matuidi, Battles manquait sa reprise aux 6 mètres. Surpris, Sanchez touchait le ballon qui filait vers l'attaquant stéphanois. Un coup de patte victorieux trompait Penneteau de près (0-1, 15e). Mais les Foréziens ont abandonné le ballon en 2e période, s'exposant trop largement aux offensives nordistes. Sur l'un d'elles, Danic était au début et à la conclusion. Entre-temps, Cohade avait donné à Pujol qui talonnait pour Danic. Bocanegra était trop juste devant le valenciennois qui plaçait le ballon sous la barre d'un Janot médusé (1-14, 76e). C'était un moindre mal pour VA.

Réactions

Frédéric Antonetti (entraîneur de Rennes): "Je pense qu'après cinq minutes, on aurait dû se retrouver à 11 contre 10. Pourquoi expulse-t-on ailleurs et pas ici ? Mandanda n'aurait pas dû rester ensuite sur le terrain, s'il y avait uniformité de règlement. Ensuite, un autre penalty n'a pas été sifflé. Notre équipe est jeune, avec des garçons n'ayant même pas 10 matches de L1, et ayant fait parfois des bêtises, mais elle est pleine d'espoir. Nous avons fait un bon match, et avec un peu plus d'expérience, on aurait pu marquer. C'est un beau 0-0, avec deux équipes qui attaquent de chaque côté. Nous avons une bonne défense, solide, athlétique. Mais ce que j'aime avec cette équipe, c'est que nous sommes capables de poser beaucoup de problèmes à l'adversaire. Un but aurait été une juste récompense. Je sais que les jeunes ont des qualités, mais parfois, je voudrais être plus vieux de deux années pour voir ce que pourrait devenir cette équipe. Et j'aimerai aussi, enfin, voir mon équipe au complet, pour pouvoir faire des choix sportifs."

Didier Deschamps (entraîneur de Marseille) : "C'est un point de pris... On aurait pu le gagner, mais aussi le perdre. C'est la première fois de la saison que nous ne marquons pas. Nous avons eu quelques occasions, dont une très franche, mais nous sommes tombés sur une très belle équipe de Rennes, avec des jeunes de grande qualité, avec de la puissance et de la vitesse. C'est le jour et la nuit par rapport à leur défaite à Lorient. Nous n'avons pas fait un mauvais match. Et je suis content de ce qu'ont fait les joueurs, dans l'idée commune et l'état d'esprit".

Philippe Montanier (entraîneur de Valenciennes): "On n'a pas de regret. Habilement, Saint-Etienne a mis un but en contre. Mais on est resté dans le match. On a fait preuve de persévérance, d'abnégation. Et on s'est créé pas mal d'occasions. A part le score qu'on aurait voulu en notre faveur, il n'y a pas grand chose à redire. Et vu les conditions, ce n'était pas si facile que ça. En deuxième période, les joueurs ont tout donné. Ils ont tout essayé. Il fallait être vigilant. Saint-Etienne va vite et peut profiter du moindre espace. On a poussé. Et on n'était pas loin de faire craquer Jeremy (Janot), qui a peut-être été le Stéphanois du soir, c'est un signe. Je n'ai rien à reprocher à mes joueurs. Je ne les félicite pas, car on n'a pas gagné, mais je n'en suis pas loin. Chaque point est précieux. C'est un petit point et il est important. On aurait pu ne pas revenir, même si c'était mérité. Les joueurs ont mis beaucoup de détermination et d'enthousiasme. Je reste persuadé que si on reste sur cet état d'esprit on aura plus de résultats positifs que négatifs."

Faouzi Ghoulam (Saint-Etienne): "C'est ma première titularisation. Ce qui m'a fait plaisir, ce que le coach m'ait fait confiance. Je ne me prends pas la tête. J'essaie de rendre service au groupe. Le coach m'a demandé de bien défendre et de bien attaquer. Je suis content. Et j'espère qu'il y en aura d'autres (matches). Mes coéquipiers m'ont bien parlé. Ils m'ont donné beaucoup de consignes. J'ai essayé de donner le maximum. Moi, qui évolue au poste de latéral gauche, je me suis retrouvé devant le but. Ca m'a fait bizarre. Je pense que j'aurais pu mieux faire. Mais, pour une première fois, je me contente de cela."

Jérémie Janot (Saint-Etienne): "Je veux d'abord féliciter ceux qui ont travaillé pour que ce match puisse se jouer. Vu les conditions climatiques, le terrain a été bon. C'était un bon match de football. Malheureusement, le terrain s'est détérioré. On marque tôt. Il a fallu ensuite résister aux vagues de Valenciennes. Je pense que c'est un bon point. On avance petit à petit avec des matches nuls. Il faut valider tout ça par une victoire à domicile contre Bordeaux."