Le Marseillais Benoit Cheyrou bataille avec le Lyonnais Kim Källström
A l'image du Marseillais Benoit Cheyrou et du Lyonnais Kim Källström, l'OL et l'OM ne se sont pas départagés (2-2) ce week-end lors de la 22e journée de Ligue 1. |

Marseille et Lyon dos à dos

Publié le , modifié le

Marseille et Lyon n'ont pas pu se départager (2-2) dimanche au Vélodrome. Les Marseillais ont mené 2 à 0 après la demi-heure de jeu grâce à des buts de Benoit Cheyrou (16e) et de Brandao (34e) avant de se faire rejoindre à la pause. Gomis (36e) puis un but contre son camp de Diawara (45e) a remis en selle Lyon qui aurait pu s'imposer en seconde période sans des exploits de Mandanda. Ce nul n'arrange pas les deux équipes qui perdent du terrain sur les trois premiers.

Didier Deschamps (entraîneur de  Marseille): "Évidemment que ce n'est pas un grand résultat ce  soir, mais on a pris 7 points sur 9 face à ces trois adversaires directs  (Lille, Rennes, Lyon, ndlr)."

Entre deux équipes en désireuse de prendre place sur le podium, le résultat nul est un mauvais résultat. Pour Marseille, c'est coup d'arrêt après huit victoires de rang, dont cinq en championnat. Mais le club phocéen est toujours invaincu depuis 13 rencontres (11 victoires et 2 nuls). Pas sûr que cela console les Marseillais – sans Valbuena suspendu et les frères Ayew à la CAN - qui pouvaient monter sur le podium en cas de victoire. Piètre voyageur, Lyon qui restait sur deux défaites à l'extérieur et  s'était incliné chez tous les candidats au podium (0-2 à Paris, 1-3 à Lille et  0-1 à Montpellier) réalise donc une bonne opération en faisant jeu égal chez un  adversaire direct.

Si les premières actions chaudes ont été lyonnaises dans un Vélodrome glacial (-2 au coup de sifflet final) mais où la pelouse  protégée depuis vendredi par une bâche n'avait pas gelé, le premier était marseillais. Sur une balle piquée de Kaboré, Brandao a été hors-jeu mais Benoit Cheyrou a prolongé dans les buts un ballon mal dégagé par la défense centrale lyonnaise (1-0, 16e). Juste avant, Steve Mandanda s'est interposé à deux reprises: sur une frappe à bout portant de Gomis (8e) et un centre de Bastos (10e). Quand Marseille ouvre le score, que des victoires et un seul nul

2-0 pour Marseille

Une tête cadrée de Diarra (23e) puis une tête non cadrée de Brandao (30e), l'OM a imposé peu à peu son jeu  à une équipe étonnamment basse dans son placement défensif à l'image du duo Gonalons-Källstrom. Tranquillement, Amalfitano s'est infiltré dans la surface pour poser le ballon sur le pied droit de Brandao qui a battu Lloris d'une volée décroisée (2-0, 34e). Son troisième but depuis son retour de prêt de janvier. Après? "On a eu la chance de mener 2 à 0 en effectuant 35 premières  minutes de très bonne qualité. Après on s'est relâché en prenant ce but qu'on  peut éviter et en prenant ce 2e but casquette", a résumé Deschamps.

A 2-0, Lyon s'est mis à jouer et à avancer, Marseille s'est fait surprendre. Dans la foulée, Gomis a profité d'un corner dévié par une talonnade de Briand pour tromper la défense marseillaise, pourtant la meilleure de Ligue 1 avant la rencontre (2-1, 36e). Mieux dans le jeu, les Lyonnais ont reçu un coup de main inattendu de Diawara qui a dévié un centre lyonnais sans danger dans ses buts pour égaliser juste avant la pause (2-2, 45e). Deux buts "psychologiquement importants" a reconnu l'entraîneur Rémi Garde.

Lyon finit mieux

Rémi Garde (entraîneur de Lyon): "On a eu des  opportunités pour prendre l'avantage. Mais il ne faut pas oublier qu'on a été  mené 2 à 0 et avoir su forcer le destin pour revenir, ce n'est pas mal car on  est quand même à Marseille."

Déjà menés 2-0 mardi par Lorient en Coupe de la ligue (victoire 2-4), les Lyonnais ont réalisé une meilleure entame de la seconde période dans le sillage de Lisandro Lopez positionné comme meneur de jeu. Décalé dans la surface de réparation, Gomis a trouvé le petit filet (55e) alors la frappe de Källtrsöm a fini dans les bras de Mandanda (56e). Le froid a pris ses droits, le rythme de la partie a baissé d'un cran.

La fin de la rencontre a été à l'avantage des Lyonnais qui aurait pu l'emporter avec plus de conviction. Une frappe à bout portant de Briand a fini dans le petit filet (80e) puis une frappe de Lopez (83e) auraient pu faire la différence. Malgré les frappes de Charles Kaboré (60e) de Loïc Rémy, une détournée du bout des doigts par Lloris (67e) et une capté tranquillement (87e) et celle hors cadre de Diawara (69e), Marseille a souffert techniquement et physiquement. Sans ressources sur le banc, l'équipe de Didier Deschamps a manqué de talent pour faire la différence. ""On n'avait pas la ressource sur la fin de match  pour inverser la tendance ou amener de la fraîcheur sur le plan offensif", a-t-il admis après le match. Dans les arrêts de jeu, Mandanda s'est interposé de justesse devant Lopez (90e+1). Au final, un nul logique. Lyon est toujours quatrième, Marseille cinquième.

Mathieu Baratas