Le Marseillais André-Pierre Gignac (à droite) et le Rennais John Boye (à gauche) à la lutte
Le Marseillais André-Pierre Gignac (à droite) et le Rennais John Boye (à gauche) à la lutte | GERARD JULIEN / AFP

Marseille bat Rennes et reste en tête de la Ligue 1

Publié le , modifié le

Marseille a dominé Rennes (3-1) grâce à des but de Jérémy Morel (35e), André-Pierre Gignac (85e) et Romain Danzé (csc, 90e+4). Les Rennais ont bien égalisé par le biais de Julien Féret (59e) avant de céder sous la pression olympienne. Avec cette quatrième victoire en autant de journée , l'OM reprend les rênes de la Ligue 1 devant Lyon. Malgré les départs de joueurs importants, les hommes d'Elie Baup affichent un état d'esprit conquérant et une belle cohésion.

"Je fais beaucoup confiance à ce vestiaire, ce groupe de joueurs qui  manifeste une envie de se surpasser, de réussir. C'est bien de voir de  l'enthousiasme et une forme de plaisir dans le jeu. Ca rigole avec nous mais je  retiens autant l'envie que le résultat. En seconde période, on a eu un moment  délicat, Rennes est bien revenu. Ce sont des choses qu'on peut améliorer. Sur  la fin, on a eu d'autres occasions, on s'est révolté pour ne pas accepter le  nul", a dit Elie Baup (entraîneur de Marseille)

André-Pierre Gignac qui marque, Marseille qui gagne et qui mène la Ligue 1. Des affirmations difficiles à croire au début de la saison mais c'est bien la réalité. Même amputé d'une partie de ses forces (Azpilicueta, Mbia) et de moyens financiers en raison d'une politique d'austérité budgétaire, le Marseille d'Eli Baup ne cesse d'engranger des victoires et d'étonner  par son niveau de jeu et sa cohérence collective. Qualifié pour la phase de poules de la C3, l'OM est désormais invaincu en huit matches officiels (6 victoires, 2 nuls) et vient surtout d'aligner une 4e victoire - un record dans l'histoire du club- pour conserver la tête de la L1. L'OM version 2012-2013 concocté par Eli Baup prend de plus en plus forme et c'est du solide. Si l'Anglais Joe Barton et le Brésilien Lucas Mendes ne sont pas encore sur le terrain, la prestation de l'autre recrue Kassim Abdallah (ex-Sedan), natif de Marseille et titulaire à droite de la défense, est prometteuse. En attendant la montée en régime de Loïc Rémy, c'est bien André-Pierre Gignac la recrue star de l'OM après deux saisons mitigées.

Mis en confiance par les derniers résultats, les Marseillais ont copieusement dominé la première période. Au nombre de tir (5 à 0 après 30 minutes, 9 à 2 à la pause) d'abord. Dans le combat et la conduite du jeu ensuite. Après une première tentative de Mathieu Valbuena repoussée par Benoît Costil (15e) et un raté de Rod Fanni seul devant le but (26e), les Marseillais ne se décourageaient pas. Sur un centre de Gignac prolongé du talon par Valbuena, Jérémy Morel au second poteau envoyait le ballon dans les buts d'un tir croisé du gauche à ras de terre (1-0, 35e). Le premier but du latéral, arrivé en 2011, sous ses couleurs marseillaises.

Gignac, buteur providentiel

"Si  on avait fait tout le match comme on a fait la 2e période, cela aurait sans  doute changé les choses.Ça fait deux fois qu'on va à l'extérieur, qu'on fait de  belles choses mais qu'on ramène zéro point", a dit Frédéric Antonetti (entraîneur de  Rennes).

Malgré des tentatives de Morgan Amalfitano (48e) et d'André Ayew (52e), Marseille perdait peu à peu le fil de la rencontre. La faut aussi à des Bretons plus entreprenants à l'image de son milieu Julien Ferret. L'égalisation allait venir d'une frappe lourde à bout portant de l'ancien joueur de Nancy après un centre remise par Mevlut Erding (1-1, 57e). L'entrée de Loïc Rémy (70e) redonnait du peps à l'OM. Plutôt discret, André-Pierre Gignac décidait de s'employer pour relancer son équipe même si ses tentatives (66e et 78e) étaient infructueuses. Jusqu'à la fatidique 84e. A 25 m, côté gauche, "Dédé" récupérait, contrôlait et d'une demie volée  somptueuse trouvait la lucarne de Costil, lobé par le tir (2-1). "C'est un but de grande classe. Mais c'est le collectif qui a poussé.  J'ai senti chez les joueurs le fait de ne pas accepter le 1 à 1", a commenté Baup admiratif.

Ce troisième but, encore décisif, le propulse co-leader du classement des buteur. L'ancien meilleur buteur de Ligue 1 (2009) avait montré  la voie contre Sochaux, inscrivant le premier des deux buts (2-0), et il avait donné la victoire à Montpellier (1-0). "J'aimerais qu'il continue à marquer. Physiquement, il s'est bien préparé et  mentalement il a une envie forte et il a aussi les gestes de confiance. A  l'entraînement il tente des frappes comme ça, c'est un super but mais il ne  nous étonne pas, je sais qu'il en plante des comme ça", a insisté Baup. Dans la foulée, Loïc Rémy ratait le break (87e et 88e) mais le défenseur rennais Romain Danzé trompait son gardien à la suite d'un centre de Jordan Ayew et mettait Marseille à l'abri d'un retour de son équipe (3-1, 90e+4) . Malmené, cet OM-là continue de faire ses preuves dans la difficulté. Une victoire référence pour le leader de la Ligue 1. 

Marseille 80 ans après
Avec quatre victoires pour les quatre  premières journées de championnat, Marseille, qui a battu Rennes (3-1)  dimanche, a égalé un record vieux de 80 ans qui remonte à la saison 1932-1933.  Il y a 80 ans, l'OM avait battu successivement Lille, Nîmes, le Racing et  Mulhouse, avant de terminer la saison sur le podium, laissant le titre à Lille  lors du tout premier championnat de France professionnel. Ce n'est donc que la deuxième fois dans l'histoire que l'OM, solide leader  de Ligue 1, avec deux points d'avance sur Lyon, réussit pareille performance.

Mathieu Baratas