Marcelo Bielsa: "Nous ne méritons pas d'avoir quitté le podium"

Marcelo Bielsa: "Nous ne méritons pas d'avoir quitté le podium"

Publié le , modifié le

Marcelo Bielsa n'a pas caché que la défaite subie à Bordeaux (1-0) est "douloureuse", comme l'était celle face au PSG au Vélodrome. "C'est un match où l'adversaire a eu besoin de faire moins que nous pour gagner et bien sûr cela crée de la déception." Mais contrairement à son président, Vincent Labrune, qui parlait "d'écoeurement" après les décisions arbitrales sur OMTV, il a refusé d'évoquer l'arbitrage.

- Comment vous sentez-vous après cette défaite ?
Marcelo Bielsa:
"C'est un match où l'adversaire a eu besoin de faire moins que nous pour  gagner et bien sûr cela crée de la déception. Nous avons eu des occasions qui  auraient pu créer la différence. Jusqu'à ce qu'ils marquent, on avait réussi à  trouver des occasions et durant la dernière demi-heure, d'une manière confuse,  nous avons eu la sensation de pouvoir égaliser et gagner ce match. L'état  psychologique des joueurs se mesurera lorsqu'ils rejoueront un match mais  aujourd'hui ils ont su réagir après la défaite contre le PSG qui était très  douloureuse. Cella-là aussi est une défaite douloureuse. La capacité à réagir  se verra vendredi prochain."
   
- Comment voyez-vous la suite du championnat ?
M.B.:
"Nous sommes dans une situation inconfortable mais nous gardons des  forces intactes pour modifier le moment que nous vivons et nous espérons que la  position au classement sera conforme à ce que mérite l'équipe. Nous allons  lutter pour chaque point lors de chaque match et pour profiter de chaque option  que nous aurons. Évidemment nous ne nous attendions pas à cette chute et je  crois que nous ne méritons pas non plus d'avoir quitté le podium mais je crois  et j'ai l'espoir que nous allons changer tout cela durant la fin du  championnat. Surtout que de mon point de vue, la manière de jouer de l'équipe  permet de qualifier ses possibilités de réelles. Perdre est toujours synonyme  de douleur surtout quand on aurait pu l'éviter et cela fait partie de notre  travail de nous relever de ces mauvais moments."
   
- Pensez-vous que l'arbitre aurait dû siffler un penalty ? 
M.B.
: "Je ne juge jamais les arbitres".

AFP