Mandanda: "Un match de Champions League"

Mandanda: "Un match de Champions League"

Publié le , modifié le

Steve Mandanda, le capitaine de l'Olympique de Marseille, a estimé vendredi que pour réussir son "clasico" dimanche contre le Paris SG, un match de "niveau Champions League", l'OM doit mettre "autant d'impact physique" qu'à l'aller fin novembre (victoire 3-0). L'OM, qui restait alors sur une défaite à domicile contre l'Olympiakos (1-0) en Ligue des champions, avait profité de son succès de la 15e journée de L1 pour enclencher une série de 16 matches sans défaite.

Vous entamez une semaine énorme avec Paris, Montpellier et Lyon, en finale de la Coupe de la Ligue...
"Il y a encore des matches importants à jouer. Déjà, il y a ce match face à Paris et tout le monde ici connaît l'importance du +clasico+. Il y a une finale de la Coupe de la Ligue aussi qu'il ne faut pas négliger car elle est très importante. La discussion de groupe a permis à tout le monde de s'exprimer, de dire ce qui n'allait pas. Il n'y a plus de non-dits ou de sous-entendus entre les joueurs. Chacun doit être focalisé sur son rôle et sur ce qu'il a à faire et faire en sorte que ce soit bénéfique pour le groupe. Ce match conte Paris tombe après une série de défaites, c'est une bonne coïncidence. J'espère que ça va nous relancer. Lors de la phase aller, nous avions bien redémarré après ce match."

L'OM est sur une terrible série noire, comment l'expliquez-vous et comment en sortir?
"Sur les derniers matches on n'a pas dégagé la solidarité qui faisait notre force en janvier. Dans un premier temps, il faut que chacun fasse le maximum dans son rôle et ça permettra au collectif de ressortir. Ce sera déjà un bon point. Une victoire contre Paris n'effacerait peut-être pas toutes ces défaites mais ça ne pourrait qu'arranger les choses. J'espère que ça pourrait nous réconcilier avec les supporteurs. Si on avait toutes les solutions à nos problèmes ce serait déjà réglé. On est conscient de la situation, lorsqu'on rentre sur le terrain, on a envie de gagner. Il y a quelque chose qui ne va pas, on ne sait pas d'où ça vient mais aujourd'hui il n'y a plus à calculer, il faut se battre pendant 90 minutes. Au-delà de bien jouer, le but c'est d'être solidaire, de gagner." 

Comment allez-vous aborder le "clasico" de dimanche?
"L'équipe doit mettre le même impact physique qu'à l'aller face au PSG pour renouer avec la victoire, repartir de l'avant. J'espère qu'on sera capable de faire la même chose. Il faudra être attentif car on sait que Paris a des individualités qui peuvent faire la différence à tout moment. C'est un match d'un niveau Champions League."

AFP