Serge Aurier, PSG
Le joueur du PSG, Serge Aurier | DPPI - BENJAMIN CREMEL

Manchester United, Manchester City, FC Barcelone, du beau monde pour Serge Aurier

Publié le , modifié le

Le latéral droit du PSG, Serge Aurier, n'est pas sûr de rester à Paris la saison prochaine. Et les candidats pour l'Ivoirien ne manquent pas, ils sont même prestigieux : Manchester United, Manchester City et le FC Barcelone.

Serge Aurier sera l'un des dossiers importants cet été à Paris. Le latéral droit parisien n'est pas assuré de rester au PSG, non pas que Nasser Al-Khelaïfi veuille s'en séparer - bien au contraire -, mais parce que le joueur se pose la question. Après trois saisons, l'Ivoirien pourrait avoir envie d'aller voir ailleurs, loin des polémiques qui ont émaillé son expérience parisienne - certaines par sa faute - et qui ont pollué l'aspect sportif. Les prétendants ne manquent pas ce latéral droit capable du meilleur comme du pire.

Car il est une des valeurs sûres à un poste où les références mondiales se font rares. Après Manchester United, où José Mourinho l'apprécie, le FC Barcelone, qui a contacté ses représentants par l'intermédiaire d'Ariedo Braida comme le révélait samedi L'Equipe, c'est Manchester City qui est entré dans la danse. Pep Guardiola compte redynamiser son couloir droit où Bacary Sagna et Pablo Zabaleta sont en fin de contrat. Le Parisien annonce que les Citizens sont "prêts à mettre le paquet".

Une première offre de prolongation refusée

Sous contrat avec le PSG jusqu'en 2019, Serge Aurier est en position de force. Car il se sait courtisé. Il aurait même refusé une première prolongation de contrat soumise par le PSG malgré une nette revalorisation (de 3 millions d'euros annuels à 4,2 millions selon Le Parisien). L'Equipe annonçait samedi qu'une offre supérieure à 20 millions pourrait parvenir de Catalogne. C'est un minimum puisque le PSG avait dû débourser 12 millions d'euros pour l'acheter.

Rien ne dit que le PSG lâchera son joueur qui aurait une préférence pour la Premier League où Liverpool s'est également renseigné. S'il franchit la Manche, il faudra enfin convaincre les autorités anglaises de lui donner son permis de travail, alors qu'il n'avait pu poser le pied sur le sol anglais pour le match de poule de C1 contre Arsenal cet automne. Sa condamnation à deux mois de prison ferme pour violences volontaires sur un policier avait été un obstacle infranchissable.