Lyon s'incline à domicile face à Rennes (1-2)

Lyon s'incline à domicile face à Rennes (1-2)

Publié le , modifié le

Après leur nul inaugural devant Lorient (0-0), les Lyonnais ont encore perdu des points à domicile. Samedi après-midi, les vice-champions de France ont même été battus par Rennes (1-2), pour le compte de la 3e journée. Medhi Zeffane a été le bourreau de son ancien club, en offrant une passe décisive à Pedro Henrique dès les premières minutes, puis en signant le second but breton au retour des vestiaires. L’OL, qui avait égalisé grâce à Nabil Fekir, est englué à la 9e place. Rennes occupe la 4e place provisoire.

Les trois points ramenés de Guingamp (0-1), il y a une semaine, n’ont servi à rien. Si ce n’est à combler le piètre début de saison lyonnais à domicile. Accroché par Lorient (0-0) le 8 août, l’OL a carrément trébuché samedi après-midi. Rennes, 4e en attendant l'épilogue de cette 3e journée de Ligue 1, a profité des difficultés rhodaniennes à Gerland pour bonifier son succès face à Montpellier (1-0). Cette fois, pas de centre-tir heureux de Kamil Grosicki. Non. Si l’équipe de Philippe Montanier rentre les valises pleines de la capitale des Gaules, elle le doit à un ancien de la maison lyonnaise : Mehdi Zeffane.

Son retour à Lyon, l’ancien latéral rhodanien l’a franchement réussi. C’est lui qui a d’abord exploité une relance hasardeuse de Mapou Yanga-Mbiwa, titulaire pour la première fois au sein de la défense lyonnaise, pour lancer Pedro Henrique. Le Brésilien ne s’est pas fait prier pour ajuster Anthony Lopes d’un tir croisé (0-1, 4e). Et mettre un terme à une interminable disette : il n’avait plus marqué depuis le mois de novembre. Soit 1353 minutes de mutisme.

Un 5-4-1 rennais ultra-défensif

En début de seconde période, Zeffane a hérité d’un ballon côté gauche. Il l’a parfaitement contrôlé, pour repiquer dans l’axe, se mettre sur son pied droit. Et battre Lopes d’un tir rasant, au premier poteau (1-2, 56e). Le numéro 2 rennais, positionné à un poste offensif dans le 5-4-1 ultra-défensif de Montanier, n’avait jamais marqué en Ligue 1.

Nabil Fekir, lui, n’avait pas encore marqué cette saison. A la conclusion d’une combinaison Valbuena-Ferri-Rafael, sa frappe du gauche, déviée par Fallou Diagne, a ouvert son compteur. Et remis l’OL sur les rails (1-1, 12e). Dès lors, les Lyonnais ont monopolisé le ballon dans les grandes largeurs. Sans parvenir à inquiéter davantage Benoit Costil. L’OL n’était pas inspiré. A l’image d’Alexandre Lacazette, sorti en milieu de seconde période en tirant la tronche. Ou de Mathieu Valbuena, dont l'entente avec ses deux compères d'attaque ne saut toujours pas aux yeux.  

Gil Baudu @gbaudu