Le derby St-Etienne - Lyon
Réveillère prend le dessus sur Gradel | AFP - PHILIPPE MERLE

Lyon s'impose dans le Chaudron

Publié le , modifié le

Malgré l'expulsion de Dabo (55e), Lyon est venu s'imposer à St-Etienne (1-0) dans un derby très chaud, fini à 10 contre 10 après un deuxième avertissement d'Alonso en deux minutes. Dans ce dernier match comptant pour la 16e journée de L1, l'intensité a été rapidement présente, mais les occasions n'ont pas été nombreuses. Grâce à ce succès, l'OL conserve sa place de leader avec 5 points d'avance sur le PSG. Les Verts n'ont plus battu Lyon à domicile depuis 18 ans.

Mouhamadou Dabo n'est pas fait pour le derby. En octobre 2011, l'ancien joueur de Saint-Etienne avait été exclu à Gerland pour un tacle violent sur Nicolita, ce qui avait valu trois matches de suspension au Lyonnais. Plus d'un an après, dans le Chaudron, il a encore vu rouge, en commettant un coup de tête aussi idiot que peu puissant dans le ventre de Gradel alors qu'il bénéficiait d'un coup franc pour une faute de l'Ivoirien (55e). Mais comme lors de sa première expulsion, le score était alors de (0-0), et l'OL a su trouver les ressources pour l'emporter. Voici un an c'était par (2-0), là c'est (1-0). Un rouge porte-bonheur en quelque sorte ?

Chaleur du public, intensité dans les contacts, nervosité et rigueur (excessive ?), tout y était pour ce 105e derby de l'histoire. Entre deux prétendants aux grands rôles dans ce championnat, la première période n'a accouché que d'un tir cadré, en tout et pour tout. C'était peu, très peu. Il y avait eu quelques situations chaudes, comme cette talonnade de Gourcuff pour Lacazette, trop excentré (3e), ou cette passe en retrait trop courte de Bisevac pour son gardien, obligé de sortir devant Aubameyang qui contrait son dégagement (13e), ou encore ce superbe jeu en triangle entre Lacazette, Gomis et Réveillère, le latéral lyonnais voyant son tir frôler le poteau opposé (33e). Et entre temps, Grenier avait été contraint d'abandonner les siens, blessé et en larmes (11e). Et ce changement n'était pas anodin pour la suite de la rencontre.

Dabo et Alonso perdent leurs nerfs

En deuxième période, tout basculait en dix minutes. Dabo était donc exclu (55e), obligeant Rémi Garde, cinq minutes après, à intégrer Bastos à la place de Gourcuff (60e). Et ce changement était récompensé par un coup franc puissant et flottant du Brésilien, qui transperçait le mur et prenait Ruffier à contre-pied pour finir en plein milieu du but stéphanois (65e, 1-0). Pas exempt de reproches, le portier international était tout près d'être encore pris à contre-pied sur une tentative de Fofana (77e), mais il revenait bien sur sa ligne. Condamné à pousser pour égaliser, les Verts se jetaient à l'abordage, et Alonso, entré en jeu quelques minutes auparavant, oubliait de jouer pour s'en prendre à Umtiti à deux reprises en deux minutes, écopant de deux avertissements synonymes d'expulsion (85e). Les deux équipes finissaient donc à 10, et Lyon restait invaincu dans le Chaudron pour la 18e année.

Au terme d'un match cadenassé, l'OL demeure donc leader absolu de la Ligue 1. A une semaine du choc contre le PSG.

Réactions

Rémi Garde (entraîneur de Lyon): "Une victoire à Geoffroy-Guichard, ça emplit toujours de joie. Je suis aussi satisfait qu'on ait surmonté le carton rouge. Il y a eu beaucoup d'abnégation, l'équipe est restée structurée et mentalement très forte. A 11 contre 11, on avait montré qu'on était venus avec des intentions même si on n'a pas beaucoup menacé le gardien des Verts. Je savais que Bastos pouvait nous être utile sur le côté, peut-être plus que Yoann Gourcuff qui avait déjà beaucoup travaillé, et aussi avec les coups de pied arrêtés. Ce que je vois aussi c'est que tous ceux qui rentrent sont efficaces et apportent quelque chose. Trois points c'est une bonne opération mais il faudra la valider contre Nancy. Il n'y a pas encore de trou de fait, on avance tranquillement, sans s'enflammer. On ne pense pas encore au Parc des Princes (où Lyon jouera la 16 décembre, ndlr). Mais c'est vrai qu'on a déjà été à Marseille, à Saint-Etienne... Là, ce sera Paris."

Christophe Galtier (entraîneur de Saint-Etienne) : "Nous sommes déçus. C'est beaucoup de déception mais il faut être objectif et réaliste car je ne pense pas que nous méritons de perdre mais quand même, l'adversaire de ce soir a été un peu meilleur dans différents compartiments du jeu. Il n'y a rien à reprocher à mes joueurs sur l'investissement. Le match se joue sur peu, un coup de pied arrêté, sur un détail. Lyon a eu une bonne situation en première période et quasiment pas en seconde mais ils ont un joueur qui a un pied extraordinaire. Mon équipe a tout donné mais elle était un peu nerveuse. Il y a eu des erreurs techniques liées à la nervosité. Même si nous ne pouvions pas gagner ce derby, il aurait fallu savoir ne pas le perdre. Il y avait des résultats qui pouvaient nous être favorables et un point aurait été bon à prendre. Lyon nous a posé de gros problème dans le coeur du jeu et notamment la présence de Yoann Gourcuff sur le côté gauche. La bataille du milieu est très importante. Ce qui est dommageable, c'est que nous prenons des cartons jaunes et rouges, notre effectif se réduit. Il faut savoir garder son sang froid et nous n'y sommes pas parvenus".