Gomis et Bastos heureux
Le bonheur des Lyonnais Gomis et Bastos | AFP - JEFF PACHOUD

Lyon s'impose contre Valenciennes (3-2)

Publié le , modifié le

Encore une fois mené au score pour le 3e match de suite, l'Olympique lyonnais a fini par dominer Valenciennes (3-2) lors de la 4e journée de Ligue 1. A Gerland, Lyon a pris provisoirement la place de leader, après avoir rendu un dernier hommage à Hugo Lloris, transféré hier à Tottenham. Toulouse aurait pu se hisser à sa hauteur, mais le TFC a été neutralisé à domicile par Reims (1-1). Premier succès (3-1) de Montpellier à Sochaux, dernière équipe à 0 point.

Certains devaient partir, mais la plupart sont restés. Et Rémi Garde a bien des raisons de se satisfaire du maintien de Michel Bastos, de Bafétimbi Gomis ou de Clément Grenier, tous trois buteurs décisifs en ce samedi contre Valenciennes. En revanche, Hugo Lloris a bien quitté les bords du Rhône pour rejoindre Tottenham hier, et ce n'est pas la meilleure nouvelle pour l'entraîneur lyonnais. Revenu dans ce stade qui a été sien pendant cinq saisons, le gardien international a montré une grande émotion au moment de recevoir les applaudissements du public, et un maillot remis par Lisandro et floqué "merci Hugo". "Je voulais vous remercier pour ces quatre dernières années. Derrière un grand club il y a toujours un grand public et l'OL aura toujours besoin de ce grand public", a-t-il dit rapidement au micro, gagné par l'émotion.

Vercoutre entre ombre et lumière

Rémy Vercoutre, doublure lyonnaise depuis dix ans et appelé à lui succéder, a montré quelques signes d'hésitations, logiques eu égard à son manque de matches. A la 12e minute, Gil profitait de sa non-sortie pour placer sa tête dans le filet opposé (1-0). Il était beaucoup plus à son aise pour effectuer une parade sur un lob de Pujol (43e) puis pour repousser le corner suivant, mais beaucoup moins sur un centre de Matter, que Réveillère parvenait à repousser à 1m de son but (55e). En revanche, il ne pouvait rien sur le but, refusé injustement pour hors-jeu, de Gomis d'une volée en pivot (73e), et rien non plus sur celui, validé, de Pujol, qui déviait un coup franc, le prenant à contre-pied (76e). Pour sa première titularisation, l'ancien Montpellierain n'a pas été impérial, mais il n'a pas été hors du coup, et sa journée s'est conclue par un succès. "Je me suis bien amusé, j'ai pris beaucoup de plaisir", a-t-il réagi à la sortie du terrain sur Canal +. "J'espère que ça va continuer, c'est super de jouer dans des ambiances pareilles, de retrouver le haut niveau, de partager ça avec ses coéquipiers, on est leader, c'est bien, c'est vraiment une belle soirée. Je dis 'ouf', oui, parce qu'on gagne, il fallait continuer notre marche en avant, il fallait bonifier le match gagné contre Evian, on a pris du plaisir, on a marqué des buts, on en a peut-être pris un peu trop".

Bastos, Gomis et Grenier restent et marquent

Car son équipe a su réagir pour empocher une troisième victoire, et infliger sa première défaite de la saison à VA. Mais c'est la troisième fois de suite que l'OL court après le score. Sept minutes après l'ouverture du score, Bastos bénéficiait d'un contre favorable face à Penneteau, et glissait le ballon au fond des filets dans un angle fermé (18e). Son troisième but de la saison, lui qui devait faire ses valises. Puis, sur un une-deux entre Lacazette et Grenier, l'attaquant s'écroulait après une faute de Ducourtioux, le penalty sifflé étant transformé par Gomis (20e). Son troisième but personnel alors qu'il devait également quitter le club. Et enfin, c'était Clément Grenier, auteur d'une frappe limpide du gauche (66e) qui s'illustrait, alors qu'il devait également dire adieu à l'OL avant la blessure de Gourcuff.

Grâce à ces trois "ex-bannis", Lyon s'est évité une belle frayeur et après quatre journées, malgré les nombreux départs (Kallström, Lloris, Cissokho, Ederson), Lyon occupe la première place  avec trois victoires et un nul.

Double déblocage pour Montpellier 

Le coup de gueule de Louis Nicollin semble avoir porté ses fruits. Le champion en titre a remporté sa première victoire de la saison, en se rendant à Sochaux. Révélation de la saison dernière, Younes Belhanda a répondu présent, de même que l'Argentin Emmanuel Herrera, successeur d'Olivier Giroud, sans oublier Cabella, l'un des symboles de la formation à la mode héraultaise. Dernière équipe à ne compter aucun point en L1, les Doubistes ont été rapidement menés après un penalty de Belhanda (16e). Herrera a doublé la mise à la 58e minute, mais Privat a réduit la marque (63e) de la tête pour des Sochaliens qui confirment que les Montpellierains ne sont pas aussi bien que la saison dernière. Mais un but de Cabella (78e) a redonné de l'air aux hommes de René Girard, et enfoncé un peu plus les hommes d'Hély dans le doute.

Soir de premières pour les Verts, Bastia et Giuly

Toulouse pouvait rejoindre Lyon en tête, mais au Stadium, l'équipe d'Alain Casanova n'a pu qu'arracher le nul (1-1) contre le promu, Reims, passant tout près de son premiers revers de la saison. Saint-Etienne a profité de son voyage en Corse pour décrocher son premier succès à l'extérieur, confirmant sa première victoire de la semaine passée contre Brest. A Furiani, les Stéphanois ont battu (3-0) les Bastiais, grâce à Cohade (11e),Obameyang (26e) et Guilavogui (89e), mettant fin à une série de 42 matches sans défaite à domicile des Corses depuis que Frédéric Hantz est à leur tête. Le soleil était plus présent du côté d'Ajaccio, où les locaux ont battu Evian-Thonon (2-0). Après Sainté, le combat des "synthé (tiques)" a tourné en faveur des Lorientais, aux dépens de Nancy (3-0) avec le premier but de Ludovic Giuly (20e).

Réactions

Rémi Garde (entraîneur de Lyon) : "Nous faisons un bon début de saison. L'objectif était huit points sur les quatre premiers matches. Nous sommes un peu au delà, c'est bien. Avoir traversé cette période turbulente avec de la réussite comme cela avec ce capital point, c'est bien. Il faudra s'appuyer dessus mais nous avons des progrès à fournir dans le jeu en lui-même. Nous sommes encore menés et nous répondons. Nous prenons deux buts sur phases arrêtées. Il est intéressant de noter que nous n'en prenons pas sur action. Valenciennes était venu avec des intentions de jeu. Autant je suis contrarié des buts sur coups de pied arrêtés, surtout le premier, autant je suis satisfait de ne pas avoir pris de but dans le jeu. Il y avait de l'émotion avant le match après avoir perdu Hugo alors que le championnat était commencé. C'était difficile pour lui, pour les autres joueurs et particulièrement Rémy Vercoutre qui a, pour moi, brillé dans les buts et je sais que nous verrons un bon Vercoutre sur la durée. Nous avons tous beaucoup aimé Hugo qui nous a beaucoup apporté".
Daniel Sanchez (entraîneur de Valenciennes) : "J'ai un sentiment de frustration qui domine surtout. Quand on me dit que le but refusé à Rémi Gomis est valable, forcément, c'est embêtant pour le moins. Je suis en revanche satisfait du match que nous avons livré. Nous souhaitions disputer ce genre de match. Nous n'avons pas fermé le jeu, nous avons essayé de contrarier Lyon et nous avons presque réussi. Sans ce fait de jeu, nous étions bons. Sur le plan du jeu, nous avons produit de bonnes choses. Nous avions décidé de partir avec deux attaquants pour tenter de les contrarier le plus possible dans la relance. Cela a été à peu près bien fait. Sur le contenu, notre animation offensive a été bien meilleure que ces derniers temps. Nous sommes dans la continuité de notre match contre Ajaccio. Bien sûr, nous prenons trois buts à l'extérieur. C'est beaucoup. Je vais revoir le penalty, je ne sais pas s'il y est. Il m'a paru sévère, peut-être, peut-être pas. Par contre, ce but refusé est embêtant".