La joie des Lyonnais après leur victoire sur Reims
La joie des Lyonnais après leur victoire sur Reims | AFP - JEFF PACHOUD

Lyon saisit sa chance

Publié le , modifié le

Contrairement à Valenciennes et Saint-Etienne qui n'ont pas su profiter samedi de la contre-performance du PSG pour se hisser dans le fauteuil de leader de la L1, Lyon a parfaitement saisi sa chance dimanche en s'imposant devant Reims (3-0). L'OL est donc le nouveau leader de Ligue 1. De son côté, Toulouse s'est incliné à Nice (1-0) sur un but de Cvitanich.

Réveillère fait son numéro

La semaine dernière, Lyon s'était déjà retrouvé dans pareille situation mais son match nul concédé sur la pelouse de Sochaux l'avait empêché de goûter  à nouveau à cette première place du championnat, dont il fut un grand habitué dans les années 2000. Cette fois-ci, les hommes de Rémi Garde n'ont pas tergiversé et ont fait preuve d'autorité et de concentration pour s'imposer logiquement dans un match qu'ils ont largement dominé, tant dans la possession du ballon, dans la maîtrise du jeu que dans les occasions qu'ils se sont offertes. 

Certes, en face, la plus mauvaise attaque à l'extérieur du championnat n'avait sans doute pas les moyens d'inquiéter un OL sûr de lui, bien que privé de sa défense centrale Lovren-Koné, que le jeune Umtiti a d'ailleurs supplée avec bonheur, mais elle a tout de même insisté. De façon très désordonné certes, -hormis une reprise de Diego non cadrée- mais suffisamment pour empêcher longtemps les Lyonnais de conclure. Du moins  jusqu'à la toute fin de première mi-temps. Ce fut alors sur une énième montée un débordement et un numéro de Réveillère slalomant dans la surface rémoise et dont le centre était renvoyé par Weber dans ses propres cages, et trompant un Agassa qui s'était jusqu'alors imposé deux fois sur des actions chaudes devant Gourcuff et Malbranque.

Gomis encore buteur

En seconde période, Bafétimbi Gomis a doublé l'écart en reprenant un ballon détourné sur la barre transversale par Grzegorz Krychowiak sur un ballon de Steed Malbranque adressé à Gomis après avoir été servi par Réveillère sur l'aile droite (73e). A 2-0, Lisandro ratait ensuite une belle opportunité avec une double tentative stoppée par Agassa (83e), puis une autre sur laquelle le gardien de Reims intervenait encore (88e) pour laisser encore un peu d'air à son équipe. Mais Lisandro insistait et parvenait à ses fins dans la dernière minute en portant le score à 3-0. Cette fois, sur l'action, il gagnait son duel avec Agassa sur une passe de Malbranque (90e). Les Lyonnais obtenaient un succès tranquille et parvenaient à obtenir ce qu'ils cherchaient: une première place qui peut leur permettre de retrouver des ambitions à la hausse.

Cvitanich condamne le Téfécé
Toulouse peut s'en mordre les doigts. Les Toulousains ont raté dimanche une nouvelle occasion de rejoindre les hauteurs de la Ligue 1 en essuyant une troisième défaite de suite, cette fois-ci sur le terrain de Nice (1-0), où ils ont manqué d'un peu de mordant. Dario Cvitanich, encore lui, s'est jeté sur le ballon qui traînait dans la surface toulousaine à la suite d'un coup-franc mal renvoyé pour mettre les Aiglons dans les meilleures dispositions (60e). Un revers au goût amer pour les hommes d'Alain Casanova, qui ont touché par deux fois les montants (34e, 87e). Avec 19 points, ils commencent à décrocher : ils comptent maintenant quatre points de retard sur le troisième, Saint-Etienne, et six sur Lyon, nouveau leader après sa victoire contre Reims (3-0). Un après-midi de chien.

Rémi Garde (entraîneur de Lyon) : "Nous avons livré un match sérieux et appliqué contre une formation bien organisée qui n'a pas fermé le jeu. En jouant, elle a posé quelques problèmes dans la construction de notre propre jeu. Ce que je retiens, c'est l'application de mon équipe qui a toujours eu l'envie d'aller vers l'avant tout en restant sérieuse sur le plan défensif. Nous n'avons pas concédé beaucoup d'occasions hormis une volée en première période. C'est agréable."
Dario Cvitanich (attaquant de Nice): "Je suis ravi d'avoir marqué devant Toulouse mon cinquième but en Ligue 1, mais je suis surtout content parce que ce but a donné la victoire. C'était peut-être mon meilleur match sous le maillot niçois mais, je dois encore m'améliorer au plan physique. Je suis passé directement du championnat argentin au français en passant par la Hollande sans véritable coupure. Je ne suis pas encore capable de tenir 90 minutes à 100%. Je sais que je suis un numéro 9 atypique car pas très grand. Je dois jouer sur la rapidité et être là où le ballon tombe. J'évolue devant un trio très technique et vif qui sait déclencher les bonnes passes. Tout l'OGCN a facilité mon adaptation mais je dois encore progresser dans un championnat ainsi que dans des entraînements plus physiques que ceux connus auparavant."

Christian Grégoire