Bastia - Lyon
L'attaquant lyonnais Lacazette au duel avec le Bastiais Modesto | AFP - PASCAL POCHARD-CASABIANCA

Lyon, premier à gagner à Furiani (3-1)

Publié le , modifié le

Sans victoire depuis un mois en championnat, Lyon a fait fort en s'imposant à Bastia (2-1) lors de la 17e journée de Ligue 1. Les Corses étaient pourtant invaincus à Furiani cette saison, et ils ont été les premiers à marquer. L'effet Courbis, suppléé sur le banc héraultais par Pascal Baills, a failli fonctionner du côté de Montpellier, mais Toulouse, à domicile, est parvenu à égaliser en fin de match (1-1).

Cela faisait longtemps que Rémi Garde regrettait le manque de mental de son équipe. A Bastia, il a pu constater un changement. Après un mois sans victoire en Ligue 1, une semaine après la claque reçue à Paris (4-0), sur un terrain qui n'avait jamais été conquis par la formation adverse cette saison, et alors qu'ils étaient menés (1-0) depuis l'ouverture du score de Raspentino (34e), les Lyonnais ont réagi. Et l'entraîneur de l'OL a été récompensé de ses choix forts, puisqu'il avait décidé d'associer en attaque les jeunes Lacazette et Benzia, aux dépens d'un Gomis resté sur le banc. Le premier a d'abord égalisé du gauche (54e) en profitant d'un raté de Cahuzac, et le second a doublé la mise juste après de la tête (56e). Quant à Gomis, entré à la 73e minute du match à la place de Benzia, il a ajouté un troisième but en enchaînant à toute vitesse son contrôle et sa reprise du droit (85e). Ce 5e but de la saison de l'international français confortait la victoire de l'OL, qui se relance vers la première moitié du classement. Battu pour la première fois de la saison à domicile, Bastia a en plus fini la rencontre à dix après l'expulsion, pour un deuxième avertissement, de son capitaine Cahuzac (88e).

A Toulouse, Rolland Courbis a bien cru avoir engendré une réaction de sa nouvelle équipe, une nouvelle fois dans sa carrière. Successeur de Jean Fernandez, le technicien a vu ses troupes ouvrir le score au Stadium. Cabella servait Camara qui inscrivait là son 54e but sous les couleurs héraultaises (19e), et son 3e lors des cinq derniers déplacements de son équipe dans la Ville Rose. Mais après la pause, tout se gâtait pour les hommes de Louis Nicollin. D'abord, l'ancien Toulousain Congré retenait Aurier du bras. Il était exclu, et le penalty était sifflé (49e). Mais Jourdren sauvait les siens en repoussant d'une main ferme la tentative de Ben Baasat. Montpellier croyait en sa bonne étoile, d'autant plus que le TFC était à son tour réduit à dix après un deuxième avertissement pour Zebina (69e). Mais les hommes d'Alain Casanova réagissaient juste après, sur un coup franc de Regattin, repris de volée à bout portant par Aguilar (71e). Le score de (1-1) demeurait jusqu'à la fin du match. Après deux défaites de rang, Montpellier renoue avec le nul mais toujours pas avec la victoire qui fuit l'équipe depuis le succès sur Lyon (5-1) le 6 octobre dernier. Deux mois, cela commence à faire très long. Pour le TFC, c'est le second nul de la semaine après celui obtenu contre Lyon (1-1).