Paolo Rongoni est le nouveau préparateur physique de l'OL depuis fin octobre

Lyon : Paolo Rongoni, le nouveau préparateur physique du club, est-il l'unique responsable des blessures à répétition ?

Publié le , modifié le

L'Olympique Lyonnais accueille Toulouse ce soir (18h45) en huitièmes de finale de la Coupe de la Ligue avec un groupe loin d'être au complet : Dubois, Koné, Marçal, Rafael, Reine-Adélaïde et Depay sont indisponibles, tous blessés. Depuis plusieurs semaines, le club rhodanien est touché par une hécatombe de blessés, les pépins physiques touchant les joueurs les uns après les autres. Alors que l'OL n'était pas particulièrement affecté dans ce secteur les dernières saisons, les critiques se tournent de plus en plus vers un homme : Paolo Rongoni.

Depuis début novembre, les pépins physiques se multiplient à l'Olympique Lyonnais. Des problèmes aux cuisses d'Houssem Aouar et de Memphis Depay à la blessure au ménisque de Léo Dubois, en passant par celle à la cheville de Youssouf Koné, Rudi Garcia, son staff et les supporters avaient de quoi être exaspérés. Une situation tendue qui s'est détériorée avec les blessures aux ligaments croisés de Jeff Reine-Adélaïde et Memphis Depay, deux des meilleurs joueurs du club depuis le début de la saison, survenues lors de la défaite contre le Stade Rennais dimanche dernier.

Au début du mois de décembre, alors qu'il devait composer avec les absences de plusieurs de ses cadres, Rudi Garcia déplorait le manque de travail physique réalisé l'été dernier par Sylvinho, son prédécesseur au poste d'entraîneur de l'OL, et le staff de l'époque. "Ce n'est pas une critique que j'ai faite, c'est un constat. Ce qu'on s'attache à faire, nous, c'est à donner plus d'air, plus de volume aux joueurs, de manière à ce qu'ils récupèrent plus facilement en jouant tous les trois jours", déclarait alors Rudi Garcia. Depuis quelques jours, alors que les messages de soutien abondent à l'attention de Depay et Reine-Adélaïde, les supporters lyonnais se sont trouvés un coupable en la personne de Paolo Rongoni.

Un adepte du travail en salle et du renforcement musculaire

Le nouveau préparateur physique de l'OL, arrivé fin octobre deux semaines après la nomination de Rudi Garcia au poste d'entraîneur, cristallise les tensions chez les supporters lyonnais. Car l'Italien de 48 ans a été choisi par Rudi Garcia, coach qui n'a jamais eu les faveurs de ces derniers en raison de ses propos tenus sur l'OL lorsqu'il était entraîneur de Marseille. Rongoni, avec Claude Fichaux et Christophe Prudhon, fait partie des fidèles de Garcia qui ont rejoint le staff lyonnais après le licenciement de Sylvinho. "Avec Rudi, c'est une relation de confiance, sinon il ne m'aurait pas appelé ici. Je connais sa façon de travailler. On est pointilleux, on se ressemble beaucoup dans la philosophie", déclarait Rongoni en 2017 après avoir rejoint l'équipe de préparateurs de l'OM à l'été 2016.

Garcia-Rongoni, une histoire débutée au Mans lors de la saison 2007-2008. L'entraîneur français apprécie alors la rigueur de travail de l'Italien, et fait à nouveau appel à lui lors de sa deuxième saison à l'AS Rome en 2014-2015. Les deux hommes se côtoient ensuite trois ans au sein du staff de l'OM entre 2016 et 2019. Durant toutes ces années, le préparateur physique italien se taille la réputation d'un adepte du travail en salle et du renforcement musculaire. En modifiant la préparation athlétique de l'OL en cours de saison, Rongoni a pris un risque qui s'est manifesté avec des blessures à répétition. Difficile pour autant de savoir si l'Italien a joué de malchance, les joueurs subissant un vrai déficit physique issu de la préparation estivale du staff de Sylvinho, ou si ses séances d'entraînement sont responsables de ces pépins physiques.

Lyon : Paolo Rongoni, le nouveau préparateur physique du club, est-il l'unique responsable des blessures à répétition ?
© JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP

13 blessures en trois mois de compétition à la Lazio

Mais en se penchant sur les expériences de Rongoni du côté de la Lazio (2012-2014), de l'AS Rome (2014-2015) et de Marseille (2016-2019), plusieurs éléments de réponse émergent. À chaque fois, les effectifs dont s'occupait le préparateur italien ont connu de nombreuses blessures. Lors de sa deuxième saison à la Lazio, le club de Rome accumule treize blessures musculaires après trois mois de compétition. Même constat à l'AS Rome, avec dix blessures cumulées au début du mois de novembre. À Marseille, ses trois saisons ont été marquées par de multiples problèmes musculaires. Les gardiens de ces différents clubs sont même touchés par ces blessures, Marchetti (cuisse), De Sanctis (cuisse) et Mandanda (déchirure musculaire) loupant plusieurs rencontres.

Du côté des supporters lyonnais, les réseaux sociaux sont un bon défouloir pour ironiser la situation. Mais l'incompréhension reste totale alors que le club n'avait plus connu une telle vague de blessures depuis plusieurs saisons. En interne aussi, l'arrivée de Rongoni semble faire grincer des dents : "Antonin Da Fonseca (préparateur physique du club depuis 2011) a été un peu mis de côté, ce qu'il ne comprend pas alors qu'il n'y avait aucun pépin physique", confie une source proche du club. En conférence de presse hier à la veille de la réception de Toulouse en Coupe de la Ligue, Rudi Garcia a annoncé qu'il "faudra refaire une préparation physique au retour de la trêve." Une préparation physique qui sera forcément suivie de très près par le staff lyonnais pour ne pas subir une nouvelle avalanche de blessures.

Denis Menetrier @DMenetrier